Pour la première fois depuis 50 ans, un premier ministre britannique a dit non aux autres membre de la zone euro. Il a dit non à l'accord qui doit renforcer la surveillance des pays de la zone. Un pari risqué sur le plan intérieur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.