La Justice estime que, les fait étant prescrits, il n'y a pas lieu de poursuivre l'ancien Directeur Général du FMI pour l'agression sexuelle contre la journaliste Tristane Banon.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.