Nouveau rebondissement dans l'affaire du groupe de Tarnac, accusé du sabotage d'une ligne ferroviaire il y a quatre ans. Des policiers de l'anti-terrorisme vont être entendus par le juge : ils auraient rédigé de faux procès verbaux. Jean-Philippe Deniau

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.