En France les partisans de Dominique Strauss-Kahn, qui dès le départ ont crié au complot, redonnent de la voix et évoquent des "connexions", voire un "attentat politique".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.