Pour Nicolas Sarkozy l'affaire de Karachi est utilisée au service "d'intérêts politiciens, de magouilles et, pour tout dire, dans la volonté de salir les gens". Pour le Président, il ne sortira rien de la mise en cause de son ami Nicolas Bazire

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.