Elysée
Elysée © Maxppp / Christophe Petit Tesson

18h30 : Les anti mariage pour tous face à François Hollande

Une cinquantaine de manifestants contre le mariage pour tous sont venus autour de l'Elysée pour soutenir les représentants du comité "La manif pour tous". Ils ont été bloqués par les forces de l'ordre. Ils exigeaient un référendum sur ce projet de loi qui sera examiné à partir du 29 janvier par les députés.

La porte-parole la plus emblématique du mouvement, Frigide Barjot, s'est dite satisfaite de cette rencontre avec le chef de l'Etat. Elle dit avoir été "admirablement bien reçue", même si elle regrette qu'on l'ait fait passer "par les communs", alors que Florence Cassez a été reçue après elle avec tous les honneurs.

"Il a pris en compte notre mobilisation", a déclaré à la presse l'égérie des opposants au mariage homosexuel. "Nous l'avons ébranlé, moi j'en suis sûre, je voyais vraiment dans ses yeux l'attention."

Mais comme annoncé plus tôt par son entourage, le président ne prévoit pas pour autant de revenir sur le texte. C'était l'engagement 31 de son programme.

Le collectif d'opposants ne baisse pas les bras et prévoit d'organiser une nouvelle manifestation le 2 février. La précédente, le 13 janvier, avait réuni 340.000 personnes selon la police, 800.000 selon les organisateurs.

19h : Arrivée à l'Elysée de Florence Cassez et de sa famille

Au lendemain de son retour très médiatisé sur le sol français, Florence Cassez est reçue par le chef de l'Etat. Hier, elle avait été accueillie au pied de l'avion par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères.

"Elle est contente, elle est fière, tout comme elle sera contente de voir Nicolas Sarkozy", a indiqué le président de son comité de soutien Jean-Luc Roméro, interrogé sur son état d'esprit quelques heures avant la rencontre.

Dans sa première déclaration, elle avait salué le rôle de François Hollande dans l'évolution de son dossier, et donc dans sa libération. Alors que plusieurs journaux déploraient vendredi de voir majorité et opposition se disputer la paternité de la libération de Florence Cassez, l'intéressée balaie toute crainte d'être récupérée. "Depuis la prison j'ai toujours vu les soutiens du côté humain. L'homme Nicolas Sarkozy a été très important, il m'a sauvé la vie (...) Maintenant François Hollande a repris le flambeau d'une manière différente mais de façon tout aussi extraordinaire. Je dis au diable la récupération politique !"

Marine Le Pen, présidente du Front national, a elle accusé le pouvoir de transformer l'Elysée en "une espèce de coulisse" de chaînes de télévision en recevant la jeune femme, qui sort de sept ans d'emprisonnement au Mexique pour des enlèvements qu'elle a toujours niés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.