L'exécutif a précisé les dates-clés du nouveau calendrier de vaccination ce vendredi : le 1er mai, le 15 mai et le 15 juin. Le ministre de la Santé a annoncé que tous les majeurs souffrant d'une comorbidité peuvent se faire vacciner dès samedi.

Vaccination contre le Covid-19 au Stade de France, le 23 avril 2021
Vaccination contre le Covid-19 au Stade de France, le 23 avril 2021 © AFP / Ludovic Marin

Samedi 1er mai, "nous élargissons la vaccination à quelques 4 millions de Français fragiles", s'est félicité Olivier Véran ce vendredi sur franceinfo. Le ministre de la Santé annonce l'ouverture de la vaccination à toutes les personnes "fragiles" de 18 à 54 ans, évoquant notamment celles souffrant d'hypertension, de diabète, d'insuffisance rénale ou cardiaque. Il vient ainsi compléter les propos du président de la République, Emmanuel Macron, qui a annoncé jeudi l'ouverture de la vaccination à toutes les personnes obèses

Quelques heures plus tard, Emmanuel Macron a confirmé le étapes clés d'un calendrier de vaccination avec trois dates-clés : le 1er en effet, mais aussi le 15 mai et le 15 juin.

La vaccination jusqu'au 30 avril

Jusqu'à ce vendredi, toutes les personnes de plus de 55 ans peuvent se faire vacciner, en priorité avec le vaccin AstraZeneca, quel que soit leur état de santé. Les personnes à risque de 50 à 54 ans et les adultes de moins de 50 ans à très haut risque (des patients greffés, dialysés, ayant reçu une transplantation, atteints de trisomie 21 ou en chimiothérapie) pouvaient déjà se faire vacciner, ainsi que les femmes enceintes à partir de leur deuxième trimestre de grossesse et les personnes handicapées vivant dans des établissements médicalisés.

Par ailleurs, certaines professions donnent accès à la vaccination de manière prioritaire. Les professionnels de la santé, d'abord, y ont tous accès sans critère d'âge. Certains métiers de la fonction publique et du secteur privé sont aussi concernés, à condition d'être âgé de 55 ans ou plus, à savoir les enseignants, les assistantes maternelles, les policiers, les gendarmes, les surveillants pénitentiaires d'une part, et les chauffeurs de Taxi et VTC, les caissiers, les bouchers, les boulangers et notamment le secteur des pompes funèbres.

Ce vendredi, la vaccination a aussi été étendue à tous les plus de 18 ans, quel que soit leur état de santé, en Guyane, en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Wallis-et-Futuna. Elle commence même à 16 ans, sans critères de santé, à Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon.

Ce qui va changer le 1er mai

À partir de ce samedi, la vaccination est ouverte aux deux millions de personnes obèses, avec un indice de masse corporelle supérieur à 30, comme l'a précisé Emmanuel Macron jeudi.

Elle est aussi ouverte à tous les adultes de 54 ans ou moins, résidant en métropole, atteints de l'une des comorbidités établies comme suit par la Haute Autorité de Santé :

  • pathologies cardio-vasculaires : hypertension, antécédent d'AVC ou de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque, antécédents de coronaropathie
  • diabète de type 1 et 2
  • pathologies respiratoires chroniques : broncho-pneumopathie obstructive, insuffisance respiratoire, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil
  • insuffisance rénale chronique
  • cancer ou hémopathie maligne
  • maladies hépatiques chroniques, comme la cirrhose
  • immunodépressif congénitale ou acquise
  • drépanocytose,
  • pathologies neurologiques : maladies du motoneurone, myasthénie grave, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, paralysie cérébrale, quadriplégie ou hémiplégie, tumeur maligne primitive cérébrale, maladie cérébelleuse progressive
  • troubles psychiatriques
  • démence
  • ou ayant reçu une transplantation

Ce qui va changer le 3 mai

Cette date n'a pas été annoncée par Emmanuel Macron, mais la stratégie vaccinale va aussi évoluer à partir du lundi 3 mai. Les pilotes, hôtesses et stewards des compagnies aériennes susceptibles de voler vers l'Inde, le Brésil, l'Argentine, le Chili et l'Afrique du Sud vont pouvoir se faire vacciner, quel que soit leur âge, car ces pays sont touchés par les variants indien et brésilien, plus dangereux. Par ailleurs, tous les personnels navigants de plus de 55 ans vont être ajoutés à la liste des professions prioritaires.

A partir du 3 mai aussi, tout habitant de l'île de La Réunion âgé de plus de 50 ans pourra se faire vacciner - et non plus seulement ceux de plus de 55 ans - ainsi que les personnes d'au moins 45 ans avec facteurs de risque.

Ce qui va changer le 15 mai

À partir du 15 mai, toutes les personnes âgées de 50 ans et plus pourront se faire vacciner. Les personnes de 50 à 54 ans n'auront plus à justifier d'une pathologie chronique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce qui va changer le 15 juin

Enfin, à partir du 15 juin, toute la population adulte pourra se faire vacciner, sans critère de santé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.