La journaliste est morte jeudi soir, à 69 ans. Pendant plus de quarante ans, Annette Ardisson a été l'une des voix les plus familières de France Inter : une femme passionnée de politique, d'Europe et de francophonie.

 Grande figure du journalisme à Radio France, où elle a passé l’essentiel de sa carrière, Annette Ardisson avait pris sa retraite en 2016.
Grande figure du journalisme à Radio France, où elle a passé l’essentiel de sa carrière, Annette Ardisson avait pris sa retraite en 2016. © Getty / Louis Monier

Annette Ardisson était d'abord une pionnière. Il fallait en effet avoir envie, à l'aube des années 1970, en tant que femme, de se confronter à ces mondes extrêmement masculins qu'étaient à l'époque le journalisme et la politique. Âgée d'à peine vingt ans, la jeune titulaire d'une licence d'histoire-géographie se lance pourtant avec passion dans cette profession. D'abord à l'ORTF, sur la 3ème chaîne, puis à France Inter qu'elle intègre en 1975 en tant que reporter de la rédaction. 

Nombreux gardent en mémoire sa bienveillance, ses conseils avisés et sa rigueur.

Puis ce sera l'économie et surtout la politique. "Question par A+B" à 8h20, dès 1989, interview politique qu'elle mène avec Bernard Brigoulex, puis seule. Ces années l'imposent comme l'une des journalistes les plus brillantes de sa génération. Dans les couloirs de Radio France, nombreux gardent en mémoire sa bienveillance, ses conseils avisés, sa rigueur.  

Européenne convaincue, Annette Ardisson fut aussi l'âme de la francophonie de Radio France, animant pendant des années "L'Actualité Francophone" sur France Inter. Depuis trois ans, elle avait entamé une nouvelle vie, loin des micros. Elle continuait pourtant à venir régaler ses anciens collègues de son foie gras maison. On lui souhaite un bon voyage, du côté des plages normandes qu'elle aimait tant. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.