[scald=109617:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Trois syndicats de l'aviation civile ont déposé un préavis de grève pour lundi et mardi prochains pour protester contre un plan de restructuration des services de contrôle aérien en province et la diminution des effectifs.

Selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), cet appel à la grève lancé par la CGT, le SPAC-CFDT et l'Unsa ne devrait pas provoquer de fortes perturbations du trafic.

"Le principe minimum s'applique aux 17 principaux aéroports français", indique-t-on à la DGAC, qui parle d'un "plan de modernisation" qui devrait être mis à place à l'horizon 2020.

Le SNCTA, syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, n'appelle en outre pas à la grève, souligne-t-on à la DGAC.

Dans un communiqué publié jeudi, l'USAC-CGT dénonce un plan visant selon lui "à fermer la moitié des services de contrôle d'approche en France métropolitaine avec leurs services supports et de maintenance, la totalité des services régionaux d'information de vol et une partie du contrôle d'aérodrome".

"Les services chargés de la sécurité et du contrôle du trafic aérien dans des villes importantes comme Rouen, Deauville, Poitiers, Limoges, La Rochelle, Angoulême, Mulhouse, Biarritz, Rodez, Grenoble, Metz- Nancy, Beauvais (...) sont directement menacés de délocalisation ou de fermeture", indique le syndicat, qui n'exclut pas d'élargir le mouvement de contestation.

Marine Pennetier, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.