Même le Figaro titre ce matin "Suicide en direct" . C'est dire si la situation à l'UMP est de plus en plus critique.

Ce dimanche, la mission du médiateur Alain Juppé a échoué. Le fondateur de l'UMP a tenté de remettre en ordre de marche le parti. Quelques dizaines de minutes après avoir commencé la réunion de conciliation entre Jean-François Copé et François Fillon, Alain Juppé jette l'éponge.

Dans un communiqué, le maire de Bordeaux a déclaré que les conditions de sa médiation pour la présidence de l'UMP entre Jean-François Copé et François Fillon n'étaient "pas réunies". Il préfère dans ces conditions mettre un terme à sa mission. Il n'a jamais vraiment cru à une solution en tenant des propos durs à l'égard des deux prétendants à la présidence de l'UMP. Voici les propos tenus dans son communiqué :

Alain Juppé, constatant que ses propositions n'ont pas été acceptées, estime que les conditions d'une médiation ne sont pas réunies. En conséquence, il considère que sa mission est achevée.

En début de journée, Alain Juppé avait prévenu : "s'ils n'acceptent pas, je me retire, ils se débrouillent"

Communiqué pour communiqué. François Fillon n'a pas tardé à répondre. Il veut saisir la justice pour régler le conflit sur l'élection du président de l'UMP. Extrait : > Soucieux de sortir de l'impasse dans laquelle les coups de force successifs de Jean-François Copé ont plongé notre parti, je saisirai la justice pour rétablir la vérité des résultats et rendre la parole aux militants. L'ancien Premier ministre a même demandé, lundi matin, la _"saisie à titre conservatoire"_ des données de l'élection. Faisant même mandater, par le vice-président du tribunal de Paris, plusieurs hussiers pour _"assurer la bonne conservation et l'égal accès de ces documents"_ . On apprenait quelques minutes après la démission de Dominique Dord (partisan de François Fillion) du poste de trésorier de l'UMP qu'il occupait depuis août 2010 et la démission d'Eric Woerth. Dans le Dauphiné Libéré, Dominique Dord dénonce "_l'utilisation des moyens du parti pendant la campagne électorale en vue de l'élection à la présidence de l'UMP qui n'a profité qu'à un seul candidat, Jean-François Copé_ ". Selon député-maire d'Aix-les-Bain, ce procédé "_aurait été dénoncé pour n'importe quelle élection et aurait dû entraîner une annulation du résultat. Je suis moralement choqué et j'ai donc choisi de démissionner de mon poste de trésorier_ ". Ce lundi c'est Nicolas Sarkozy qui entre dans la danse. L'ancien président va déjeuner avec François Fillon, c'est ce que confirme ce matin l'entourage de l'ex-Premier ministre. > Tout au plus peut-on attendre de Nicolas Sarkozy un communiqué du type de celui qu’il a publié la semaine dernière et qui appelait à la recherche d’une solution Claude Guéant était l’invité du journal de 13h de Claire Servajean. Pour l'ancien ministre de l'Intérieur il y a deux solutions : revoter ou réfléchir à l’éventualité de mettre en place une commission de magistrats honoraires qui réaliseraient une étude exhaustive et approfondie du scrutin? _Claude Guéant proche de l'ancien chef de l'Etat et soutien de François Fillon_
_Dans le même temps, les parlementaires UMP s'agacent. Benoist Apparu les appelle même à "se révolter" contre cette situation._
Nathalie Kosciusko-Morizet lance elle une pétition : elle réclame un nouveau vote au sein de l'UMP, pour sortir du blocage actuel. Sur le site [jeveuxrevoter.fr](http://jeveuxrevoter.fr/), elle estime que le résultat est _"trop incertain"_ , _"contesté"_ et _"douteux"_ . et appelle à ne pas_"faire le cadeau de la division aux adversaires"_ du parti. Un nouveau vote ? _"Pas responsable"_ , pour Jean-François Copé. _"L'élection, elle a eu lieu. Ce que l'on attend du juge des élections c'est qu'il proclame maintenant les résultats."_ ### Une journée houleuse La journée où l'UMP devait tenter de trouver une issue à la crise de l'UMP a débuté dans la confusion, avec la poursuite du conflit dans la commission de recours tenue contre l'avis de l'ancien médiateur désigné, Alain Juppé. Les partisans de François Fillon ont quitté cette réunion de la commission des recours du parti, appelée à se prononcer, a annoncé Eric Ciotti, bras droit de l'ancien Premier ministre, àla presse. Les "fillonistes" se plaignent de l'absence de représentants d'Alain Juppé et mettent en cause la présence en nombre de partisans de Jean-François Copé dans cette commission. Pour Eric Ciotti : > Nous suspendons notre participation et nous attendons la démarche de médiation d'Alain Juppé qui est la seule que nous reconnaissons. _Une nouvelle matinée de discussion très houleuse par Marion Lagardère_
L'avocat Francis Szpiner, protagoniste des procès des "affaires" de la Ville de Paris et partisan de Jean-François Copé, est ensuite apparu pour expliquer que la commission poursuivrait ses travaux malgré ce qu'il a qualifié de "dérobade" des fillonistes. Il voit le résultat comme acquis. > C'est un débat technique. Non seulement Jean-François Copé a été élu président de l'UMP de manière indiscutable, mais avec un écart de voix beaucoup plus large que celui proclamé. ### Les Français pour un nouveau scrutin Un sondage publié par le Journal du dimanche montre que 71% des Français (67% pour les sympathisants UMP) souhaitent un nouveau vote des militants et 42% à peine (24% à l'UMP) estiment que l'affaire devrait aller devant la justice, piste évoquée par François Fillon. Le dirigeant du parti centriste Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Louis Borloo, estime que son mouvement centriste a vocation à prendre la direction d'une coalition avec l'UMP, dont la prétention à être un parti unique de la droite a selon lui vécu. Les premiers résultats donnaient lundi une victoire à Jean-François Copé avec 98 voix d'avance sur plus de 150.000 votants. Il est apparu ensuite que les votes de trois fédérations d'outre-mer avait été oubliés et que leur prise en compte inversait le résultat avec 26 voix d'avance pour François Fillon, selon ce dernier. Les deux camps s'accusent par ailleurs réciproquement de fraudes massives, François Fillon ayant même employé le terme de "mafia".
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.