Douze personnes ont passé une deuxième nuit en garde-à-vue, après un coup de filet antiterroriste ce week-end. A Cannes, qui semble être le coeur névralgique de l'affaire. Derrière un silence de façade, les langues se délient. Philippe Barcellona.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.