PARIS (Reuters) - Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a promis que l'arrêt de son aciérie de Florange (Moselle) ne serait que temporaire, a annoncé mercredi le gouvernement français.

Les syndicats français du groupe craignent la fermeture définitive de ce site après l'annonce jeudi dernier de l'arrêt prochain du deuxième haut-fourneau du site, le dernier à produire de l'acier en Lorraine.

ArcelorMittal a justifié cet arrêt, prévu pour le 3 octobre, par la baisse des commandes en Europe.

Le groupe a pris l'engagement "de maintenir les investissements nécessaires au redémarrage du haut-fourneau de Florange dès lors que la demande repartira à la hausse", annoncent dans un communiqué commun le ministre de l'Industrie, Eric Besson, et celui de l'Emploi, Xavier Bertrand, qui ont reçu mercredi le directeur général d'ArcelorMittal France.

"Le groupe ArcelorMittal a également exclu tout recours à des licenciements dans le cadre de cet arrêt temporaire", ajoute le communiqué.

L'arrêt du haut-fourneau concerne quelque 600 salariés et intérimaires, dont la majeure partie devraient bénéficier de mesures de chômage partiel.

Marc Angrand

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.