L'artiste Subodh Gupta est connu pour ses amoncellements de vaisselle indienne en inox. Une oeuvre qui fait écho à celle d'Arman.

blogcs indépendance et déscendance
blogcs indépendance et déscendance © Radio France / C Siméone

Accumulation de pièces de vaisselle, vélos et chariots sont des points communs de l'oeuvre de Gupta avec celle d'Arman. Sudobh Gupta, à travers ses performances, ses videos et ses installations retrace son parcours depuis sa naissance dans la province très pauvre de Bihar, jusqu'à son arrivée à New Delhi. Artiste indien très en vue, il se réclame de Marcel Duchamp, mais sa parenté avec Arman est frappante au premier coup d’œil. Les motos et vélos font partie de leur materiau commun, même si les propos sont différents.

Gupta, Cow, 2005
Gupta, Cow, 2005 © DR

Pour Gupta il s’agit d’évoquer les déplacements de population en Inde, les migrations internes et les injustices sociales.

Ses vélos rutilants, chargés de boites de lait , en aluminium ou bronze, reflètent le quotidien des villages indiens. Ce n’est pas du ready made, puisqu’il ne s’agit pas des originaux.

Chez Arman, le procédé avec les vélos est plus poétiques, pas de discours socia, mais une réflexion sur la peinture et sur le temps.

Arman, Monocipède, 1998
Arman, Monocipède, 1998 © François Fernandez / christine siméone
Arman, Dans un Champs de Lavande, 1997
Arman, Dans un Champs de Lavande, 1997 © François Fernandez / christine siméone

Gupta à Arman : passe-moi l'assiette s'il te plaît

Gupta, Spill, 2007
Gupta, Spill, 2007 © DR

A coté des vélos ce qui caractérise particulièrement Subodh Gupta c’est l’utilisation de la vaisselle des indiens. Ce sont les objets de base de la société indienne. Il les agence en des formes précises comme une tête de mort ou un champignon atomique. Mais Gupta procède aussi par empilements ou rangements méthodiques, pour figurer une opulence tant désirée par ceux, nombreux en Inde, qui rêveraient de voir leur assiette bien remplie.Gupta déclare que les Dieux sont dans la cuisine ; pour les Indiens et pour Gupta, la cuisine est un lieu de prière et les ustensiles sont sacrés.

Arman, sans titre, 1998
Arman, sans titre, 1998 © François Fernandez

Chez Arman, la vaiselle, comprend les cafetières, théieres, cuillères, fourchettes, mais aussi les assiettes qu'il préfére cassées.

Interrogé sur sa proximité avec Arman, Gupta, à mon avis à tort, prend du recul. Il préfère remonter jusqu'à Marcel Duchamp, parenté plus prestigieuse peut-être. (2011, à l’occasion de l’exposition Paris Delhi Bombay, au centre Pompidou).

33 sec

gupta arman le rapport traduit ok

"Pour moi, le travail d'Arman ce n'est pas la même chose; il utilise des objets mais pas uniquement des ustensiles. Nous sommes très différents l'un de l'autre. Mon travail est dédié à la vie quotidienne, avec des manières différentes de m'exprimer. Je me sens plus proche de ."

Arman est apparu sur la scène artistique alors que la société de consommation prenait son ampleur, que les objets venaient pulluler dans nos vies. Gupta lui est un artiste issue d'une société dite émergente, dont les habitants rêvent d'abondance. Les assiettes empilées de Gupta nourrissent l'espoir d'être bientôt remplies et d'être partagées par le plus grand nombre.

Les objets migratoires de Subodh Gupta>

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone

Pour ce blog, Textes © Christine Siméone

Photos © Christine Siméone sauf indication

Ce blog se nourrit sur la toile

Pour les collections d’art présentes en France

Pour les collections aux Etats-Unis

Au sujet d’Arman, le site historique

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.