Muet dans les médias depuis son licenciement vendredi de l’équipe de France de tennis, Arnaud Clément sort de son silence et s’exprime en exclusivité sur France Inter. Il confie son amertume et confirme l’arrivée de Yannick Noah à la tête de l’équipe.

> Ecoutez l'intégralité de l'interview d'Arnaud Clément :

  • France Inter - Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

Arnaud Clément - "Je ressens de la colère contre les méthodes employées. J’ai le cœur lourd, je ressens le besoin de m’exprimer. Je ne m’attendais pas à une telle issue : les choses se sont précipitées en quelques semaines….Je n’ai jamais été entendu par les dirigeants, j’ai appris que tout était déjà décidé… Notamment que bien avant l’US Open, des contacts avec Yannick Noah et certains joueurs avaient été établis à mon insu. Tout cela me met dans un état de colère intense ."

  • Les joueurs avaient-ils l’intention de poursuivre l’aventure Coupe Davis avec vous ?

__

__

"Certains oui, d’autres non. Tout dépend de la manière dont on a présenté les choses aux joueurs… Par contre, la grande majorité des joueurs m’ont apporté leur soutien. Il y a eu certes de mauvais comportements sur la dernière rencontre, mais j’espère qu’à l’avenir, quelque soit le capitaine, chacun se remettra en question."

  • A qui en voulez-vous le plus aujourd’hui ?

"A certains grands dirigeants de la fédération, clairement, qui ont employés des procédés en contradiction avec les valeurs de la Coupe Davis : le respect, l’intégrité, l’éthique. J’étais prêt à assumer mes choix, j’ai toujours été en adéquation avec mes valeurs. Eux, ces dirigeant, ne l’ont pas été."

  • Avez-vous le sentiment d’avoir été trahi ?

__

__

"Très clairement. Tout le monde a le droit d’avoir son point de vue sur les situations, sur ce qui ne va pas, et de déclencher un audit pour résoudre les problèmes. Ca n’a pas été le cas. Cette fois ci, l’audit n’a servi qu’à justifier une décision qui avait déjà été prise."

  • Yannick Noah va devenir le nouveau capitaine de l’équipe de France : est-il l’homme de la situation ?

"C’est quelqu’un qui a eu de grands résultats, qui a fait ses preuves à ce poste là. Il lui faudra de la prudence cependant : c’est une autre génération à gérer et il lui sera aujourd’hui compliqué de la gérer comme il gérait les précédentes il y a quelques années."

Propos recueillis par Fabrice Abgrall

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.