ARTE diffuseI love democracy, une série documentaire en six volets qui, en cette grande année électorale, prend le pouls démocratique de la planète.

Outre la France , plus de vingt pays changeront d’équipe dirigeante en 2012 . Parce qu’une élection nationale est toujours une épreuve de vérité, cette collection s’emploie à dégager les enjeux politiques dans six pays – Tunisie , Russie , Turquie , Inde , États-Unis et Maroc – et à accompagner l’émergence des nouvelles démocraties en revisitant les anciennes.

Révolution
Révolution © ARTE France, Doc en Stock

I LOVE DEMOCRACY : Tunisie

Documentaire deFabrice Gardel et Franck Guérin (France, 2012, 1h30mn) Coproduction : ARTE France, Doc en Stock

Un an après la « révolution de jasmin » et le départ de Ben Ali, où va la Tunisie ? Comment se fait l’apprentissage de la démocratie ? Qui sont les islamistes qui viennent de remporter les élections ? Immersion au cœur d’une société en pleine ébullition.

Pour le premier numéro de la collection I love democracy , Daniel Leconte a choisila Tunisie . C’est en effet la révolution de jasmin qui a donné le coup d’envoi du « printemps arabe ». Et la Tunisie est aujourd’hui devenue le baromètre de tout le monde arabo-musulman. Un an après la chute du régime de Ben Ali, ce film plonge au cœur de cette démocratie naissante : il capte les enthousiasmes , les espoirs, la formidable énergie d’un pays qui découvre la liberté, mais pointe aussi les menaces, les peurs et les combats à venir. Il raconte de l’intérieur, à travers des histoires particulières, les paradoxes de la Tunisie nouvelle. Des témoignages complétés par des interviews exceptionnelles et un entretien exclusif avec Moncef Marzouki, le nouveau président tunisien.

Imam de Kairouan - jeune tunisien
Imam de Kairouan - jeune tunisien © ARTE France, Doc en Stock

CARNET DE ROUTE

Conçu comme un carnet de route, le documentaire nous emmène des sables du désert jusqu’à Tunis en passant par les zones minières du centre du pays, la ville de Sidi Bouzid (où le jeune protestataire Mohamed Bouazizi s’est immolé) ou encore Kasserine, Sousse et Monastir.

Dans la ferveur de la campagne pour l’élection de l’Assemblée constituante, Fabrice Gardel et Franck Guérin croisent des personnages étonnants : un ancien policier de Ben Ali ému aux larmes de voter sans bourrer les urnes, de jeunes démocrates qui racontent l’immense « claque » qu’a représenté pour eux le résultat des élections, des défenseurs des droits de l’hommes pris à partis par des salafistes haineux, des sages-femmes parlant de sexualité avec liberté dans des dispensaires de campagne, des écolières qui racontent ce que la démocratie a changé pour elles, des avocats qui s’attaquent à la corruption endémique… Ce film va à la rencontre d’un peuple qui vit un moment unique de son histoire. Au fil de la route affleurent des questions majeures : faut il avoir peur des islamistes ? Ceux-ci vont-ils remettre en cause le modèle tunisien laïc initié par Bourguiba ? Ou vont-ils au contraire, comme le dit le nouveau président démocrate Moncef Marzouki, inventer une démocratie respectueuse de droits universels et de l’identité arabo-musulmane ?

Soir de la victoire de Ennahdha
Soir de la victoire de Ennahdha © ARTE France, Doc en Stock
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.