Le fondateur de Wikileaks, réfugié à l'ambassade de l’Équateur à Londres, n'est pas sorti du périmètre diplomatique pour s'exprimer. Il a appelé les Etats-Unis à "cesser leur chasse aux sorcières" contre Wikileaks. A Londres, Isabelle Cornaz.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.