Un an après l'assaut contre l'immeuble où se cachaient les coordinateurs des attentats du 13 novembre, la ville de Saint-Denis sort un documentaire, pour montrer un autre visage.

Le 18 novembre 2015, cinq jours après les attentats à Paris et aux abords du Stade de France, les policiers du Raid donnaient l'assaut dans un immeuble du centre de Saint-Denis
Le 18 novembre 2015, cinq jours après les attentats à Paris et aux abords du Stade de France, les policiers du Raid donnaient l'assaut dans un immeuble du centre de Saint-Denis © AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Le 18 novembre 2015, cinq jours après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et aux abords du Stade de France, les policiers d'élite du Raid donnaient l'assaut dans un immeuble du centre de Saint-Denis, à l'angle des rues du Corbillon et de la République.

Près de 5.000 munitions étaient utilisées. Abdelhamid Abaaoud, un coordinateur des attentats, et son complice Chakib Akrouh, étaient tués durant l'opération, ainsi que la cousine d'Abaaoud, Hasna Aïtboulahcen.

L'assaut, mené dans l'urgence, avait été donné après un siège de plusieurs heures d'une grande violence. Sur les 88 personnes évacuées à la hâte, 51 ont depuis été relogées de manière pérenne et 37 sont encore hébergées dans des hôtels ou des résidences sociales, selon la préfecture.

Il y a une énorme richesse créative ici, et on ne les entend pas ces gens-là ! Fabien Ortiz, réalisateur de Saint Denis, une ville d'avance.

Six mois après cet assaut, "Le Figaro Magazine" publiait un dossier très critiqué. Intitulé « Molenbeek-sur-Seine », il dressait le portrait d'une ville en proie au communautarisme et à la radicalisation religieuse. Le maire (PC) de Saint-Denis, Didier Paillard, a déposé plainte contre la publication.

Un an après l'opération policière, la ville a également commandé un documentaire dans l'objectif de lutter contre la stigmatisation et d'aider les habitants à se relever après cette année noire. C'est un enfant de Saint-Denis, Fabien Ortiz, qui l'a réalisé. "Saint Denis, une ville d'avance" donne la parole à des personnalités locales avec l'objectif de valoriser le territoire. Les élus ont aussi fait appel à une société de production du cru, De l'autre côté du périph, installée à la Cité du Cinéma.

►►►ECOUTER | Le reportage de Claire Chaudière qui a suivi le tournage du documentaire

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.