Alain Juppé a également mis en cause le Hezbollah, "bras armé" de la Syrie au Liban, où on redoute un regain de tension menée par le mouvement chiite d'Hassan Nasrallah.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.