neuf turcs arrêtés à la suite de l'attentat de reyhanli
neuf turcs arrêtés à la suite de l'attentat de reyhanli © reuters

Neuf personnes, toutes de nationalité turque, ont été arrêtées en Turquie à la suite du double attentat à la voiture piégée qui a fait 46 morts samedi à Reyhanli près de la frontière syrienne, a annoncé le vice-Premier ministre turc Besir Atalay.

Le ministre de l'Intérieur Muammer Guler, qui s'exprimait lui aussi à la télévision turque, a déclaré que l'attentat avait été commis par un groupe connu des autorités turques et ayant des liens directs avec le Moukhabarat (services secrets syriens).

Les précisions en Turquie de Jérôme Bastion

1 min

P turquie ok

Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a déclaré dimanche penser que des éléments fidèles au régime du président syrien Bachar al Assad étaient responsables du double attentat à la voiture piégée qui a fait 43 morts samedi dans la ville turque de Reyhanli, près de la frontière syrienne.

A la télévision turque, il a déclaré:

Cet attentat n'a rien à voir avec les réfugiés syriens présents en Turquie, il a tout à voir avec le régime syrien. Les responsables des explosions de samedi à Reyhanli sont sans doute également les auteurs d'un massacre qui a fait 62 morts voici une semaine à Banias, sur la côte méditerranéenne de la Syrie.

Le ministre de l'Information syrien, Omran Zoubi, a démenti dimanche toute implication de la Syrie dans l'attentat de Reyhanli.

Omran Zoubi a déclaré aux médias syriens:

La Syrie n'a pas commis et ne commettra jamais un tel acte, parce que nos valeurs ne le permettent pas. Nul n'a le droit de lancer des accusations sans fondement.

Ecoutez Jean Pierre Filiu, professeur à Science Po et spécialiste de la Syrie avec Philippe Randé

47 sec

S. Syrie Turquie

Dès samedi, le vice-Premier ministre turc Bulent Arinc estimait que le régime de Bachar al Assad faisait partie des "suspects":

Nous savons que les gens qui ont trouvé refuge dans la province d'Hatay (dans le sud de la Turquie) sont devenus des cibles pour le régime syrien. Nous pensons à eux comme des à suspects évidents lorsqu'il s'agit de fomenter une attaque aussi horrible.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.