Qui est le tueur de Trèbes ? Il a tué le passager et blessé grièvement le conducteur d'une voiture à Carcassonne, avant de tirer sur quatre CRS. Il s'est ensuite rendu dans le supermarché de Carcassonne, où il a tué un employé et un client.

Redouane Lakdim auteur présumé des trois attaques à Carcassonne et Trèbes (Aude) a été tué vendredi lors d'un assaut mené par les gendarmes du GIGN dans le supermarché de Trèbes .
Redouane Lakdim auteur présumé des trois attaques à Carcassonne et Trèbes (Aude) a été tué vendredi lors d'un assaut mené par les gendarmes du GIGN dans le supermarché de Trèbes . © AFP / Eric Cabanis

Radouane Lakdim, 26 ans, a été abattu pendant l'assaut du GIGN dans le supermarché où il était retranché. Le suspect se réclamait du groupe djihadiste État islamique. Il est soupçonné d'avoir tué vendredi trois civils et un gendarme, et d'avoir blessé 15 autres personnes, au cours des trois attaques recensées dans les environs de Carcassonne.

Radouane Lakdim a été suivi un temps pour radicalisation. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a précisé qu'il était connu pour des faits de petite délinquance, condamné deux fois, d'abord en 2011 à un mois de prison avec sursis pour "port d'arme prohibée", puis en 2015 pour "usage de stupéfiants et refus d'obtempérer", condamnation qui lui a valu un séjour d'un mois en prison. 

Nous l'avions suivi et nous pensions qu'il n'y avait pas de radicalisation, mais il est passé à l'acte brusquement.

Le groupe État islamique a revendiqué les attaques, au terme desquelles l'assaillant a été tué par les hommes des groupes d'intervention de la Gendarmerie nationale. L'organisation djihadiste a indiqué dans un communiqué diffusé en ligne qu'un "soldat du califat" avait mené ces attaques. Il n'a donné aucune autre précision, pas plus qu'il n'a pas fourni de preuves.

"Revendication a posteriori"

Radouane Lakdim a formulé "une revendication a posteriori" selon le ministre de l'Intérieur, se réclamant du groupe terroriste. Il a aussi réclamé "la libération de détenus", dont Salah Abdeslam, seul survivant des commandos terroristes du 13 novembre 2015 à Paris, a-t-il indiqué.

Samedi, les enquêteurs ont retrouvé à son domicile des notes manuscrites faisant allusion à l'organisation terroriste Etat islamique, dont la teneur est "confuse", selon une source proche de l'enquête. Un téléphone portable et un disque dur sont également en cours d'analyse. Près de son corps, dans le magasin Super U de Trèbes, les enquêteurs ont également retrouvé trois engins explosifs, en plus d'une arme de poing et d'un couteau de chasse. 

Deux personnes en garde à vue

Radouane Lakdim était connu des services de renseignements depuis 2013 et était fiché au FSPRT (fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Il avait fait un séjour en prison il y a un an et demi pour des faits de droit commun.

Il vivait avec ses parents et ses sœurs dans un appartement de Carcassonne. Ce samedi, deux personnes de son entourage ont été palcées en garde à vue : une personne proche de lui "qui partageait sa vie" interpellée vendredi, et un ami, mineur, né en 2000, placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi pour association de malfaiteurs terroristes criminelle. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.