La police a abattu un homme ce matin
La police a abattu un homme ce matin © MaxPPP / MARTIN SYLVEST

La police danoise déclare que l'homme abattu ce dimanche à Copenhague serait l’auteur des deux attaques de la veille : deux fusillades contre un centre culturel puis contre une synagogue de la capitale danoise qui ont fait deux morts et cinq blessés.

La police commençait à cerner le profil de l'auteur présumé des deux fusillades de Copenhague, un jeune homme né au Danemark et fiché pour actes de délinquance, dont le mode opératoire similaire à celui des attaques de Paris renforce les craintes de nouveaux attentats jihadistes en Europe.

Agé de 22 ans, le terroriste présumé a été abattu dimanche vers 04H00 GMT par des policiers sur lesquels il avait ouvert le feu dans le quartier populaire de Nørrebro, après une nuit de chasse à l'homme.

Le gouvernement danois a convoqué une réunion de crise dimanche matin. Un mois après les attaques à Paris Charly Hebdo, et de l'hyper cacher : le scénario se répète.

Anne Giudicelli, spécialiste du terrorisme, répond à Olivier Bénis:

L'inspecteur principal Torben Molgaard Jensen déclare à la presse :

Nous supposons qu'il s'agit du même coupable derrière les deux affaires et nous supposons également que le coupable qui a été tué par la police à la station de Nørreport est la personne derrière ces deux assassinats

L'homme abattu venait d'ouvrir le feu sur les forces de l'ordre, a précisé la police. L'échange de coups de feu entre l'homme et la police a eu lieu dans le quartier populaire de Noerrebro, où les autorités avaient placé un logement sous surveillance.

A un moment donné, une personne qui pourrait être en lien avec l'enquête est arrivée sur place", a expliqué la police. Quand les agents l'ont apostrophé, "il a ouvert le feu".

Deux attaques successives : deux morts et cinq policiers blessés

Vers 16h : attentat au centre culturel

Lors de la première attaque vers 16h, (15h GMT) un homme a criblé de balles un centre culturel où se tenait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression.

Un homme âgé de 55 ans a été tué dans l’assistance et trois policiers blessés

Vers minuit : fusillade près de la synagogue

Des coups de feu retentissent après minuit (23h00 GMT) près de la synagogue de Copenhague. Une personne a été blessée à la tête et est morte des suites de ses blessures, un policier a été blessé à la jambe et un autre au bras.

Experts scientifiques à l'oeuvre à Copenhague
Experts scientifiques à l'oeuvre à Copenhague © MaxPPP / MATHIAS OEGENDAL

Le porte-parole de la police Allan Teddy Wadsworth-Hansen déclazre :

La police était déjà sur place. Une personne est arrivée et a commencé à tirer

Les forces de l'ordre ont diffusé dans la soirée une photo, apparemment prise dans un parking, d'un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou d'une cagoule bordeaux, avec un signalement: 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.

Condamnation d’un acte terroriste

Après la première fusillade, la chef du gouvernement danois, Helle Thorning-Schmidt dénonce

"un acte de violence cynique" … "tout porte à croire que la fusillade (...) était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste".

Paris a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté" cette "attaque terroriste". François Hollande exprime sa solidarité avec les danois et dépêche à Copenhague son ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. Washington a évoqué une attaque "déplorable" et proposé d'apporter son aide à l'enquête.

Patrick Pelloux, chroniqueur de Charlie Hebdo :

On se sent tous Danois ce soir" "C'est affreux parce que c'est un mois après les attentats à Paris, cela fait ressortir toute la tristesse.

Témoignage de l’ambassadeur de France au Danemark

François Zimeray décrit un assaut brutal sur le centre culturel, au sein duquel se trouvait notamment l'artiste et caricaturiste suédois Lars Vilks, qui a été l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis la publication à l'été 2007 d'un dessin représentant le prophète Mahomet avec un corps de chien. Plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat sous protection policière

Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que (l'attaque contre) Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer... Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre

François Zimeray répond à Hélène Lam-Trong

.

Attentats de Copenhague
Attentats de Copenhague © Radio France / IDE

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.