Dans le genre désespérant, la célébration de Mai 68. Comment célébrer ce qui fut un moment de vrai bonheur, que ne purent vivre que ceux qui le vécurent, point? J'appréhende la quantité de bouquins qui vont sortir signés par ceux qui ont réussi dans la société spectaculaire marchande: c'est à dire qui ont trahi 68. Tout ça pour vous dire que "Par delà le bien et le mal" ne m'apporte rien sur le bien et sur le mal. DSG (Denis Gauthier Sauvagnac) incarne-t-il le mal? J'aurais tendance à le penser. Présenté comme un homme très distingué, lors d'un débat, comme je lui faisais remarquer qu'il y avait de moins en moins de grèves en France, preuve que la "classe ouvrière" avait été mise au pli par le chômage, il rétorqua: "NOn, c'est la preuve que les ouvriers sont heureux." A 21000 euros par mois (salaire de l'UIMM) plus 1million 500000 euros d'indems, on peut parler du bonheur des ouvriers. Tiens, le papier de Lordon dans "Le Diplo". Bouillant de rage. Que penserait ce cher Frédo de DSG?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.