Pierre Lemaître
Pierre Lemaître © Thierry Rajic / Figure/Albin Michel

Le prestigieux prix littéraire ira donc cette année à Pierre Lemaitre, pour son roman "Au revoir là-haut", qui raconte une escroquerie en plein après-guerre de 14-18. De son côté, Yann Moix remporte le prix Renaudot pour "Naissance".

Avec Pierre Lemaitre, c'est un romancier spécialiste du policier qui est récompensé, fan de Bret Easton Ellis ou de James Ellroy. Sauf que c'est dans un tout autre genre qu'il est distingué par le Goncourt : le roman historique.

Dans "Au revoir là-haut", Lemaitre raconte une histoire d'escroquerie aux monuments aux morts, organisée par deux anciens des tranchées. Un succès de librairie, qui s'est déjà vendu à 80.000 exemplaires.

POUR ALLER PLUS LOIN > Retour sur "Au revoir là-haut" et le marché de la mort

LIRE UN EXTRAIT DE "AU REVOIR LA-HAUT"

Des hommes et des prix

Côté Renaudot, c'est Yann Moix qui est récompencé pour "Naissance", autoportrait gigantesque de plus de 1.100 pages. Une consécration, 11 ans après "Podium", succès populaire qu'il avait lui-même adapté au cinéma.

Belle joueuse, Karine Tuil, qui faisait partie des favoris, a immédiatement félicité ses deux confrères sur Twitter.

Deux prix, deux hommes. Beaucoup espéraient une féminisation des prix littéraires cette année, comme les féministes de la Barbe, présentes devant le fameux restaurant Drouant où est traditionnellement annoncé le Goncourt. Au micro et sur leur compte Twitter, elles ont dénoncé un prix qui "en 110 ans, a honoré 99 fois de mâles et talentueux écrivains". Et seulement 10 femmes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.