le nord de la france sous la neige
le nord de la france sous la neige © reuters

Des chutes de neige exceptionnelles paralysent depuis hier le nord et l'ouest du pays.

Météo France a replacé 19 départements en vigilance orange à la neige et au verglas.

Même si les chutes de neige conséquentes ont quasiment cessé en cette fin de nuit les routes ressemblent à des patinoires.

Dans un tiers nord de la France la situation météorologique reste très délicate en raison d'un vent de nord soutenu et des températures négatives.

La circulation sur l'autoroute A1 en direction de Lille a repris ce matin après dégagement des congères. 2.500 d'automobilistes étaient bloquée depuis hier après-midi dans la Somme. Un hélicoptère leur acheminait des couverture et des ravitaillement.

Après avoir présidé ce matin une nouvelle réunion de la Cellule interministérielle de crise au ministère de l'Intérieur, Jean-Marc Ayrault a prévenu ce matin qu'il y avait "encore 48 heures difficiles" à passer même si "l'épisode neigeux est en train de s'estomper" et même si "la situation est sous contrôle".

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault

La galère des automobilistes et des voyageurs aurait-elle pu être évitée ? Les explications de Sébastien Sabiron

En Ile-de-France, y compris dans le centre de Paris, le verglas recouvre les routes ce matin. Une trentaine de saleuses ont été mises en action dans la nuit mais l'effet n'étant pas immédiat, les automobilistes ont du mal à se déplacer.

Le point avec Yann Gallic

En début de matinée, seule une dizaine de lignes de bus, sur 360, fonctionnait mais la RATP espérait pouvoir faire sortir ses véhicules au fil de la matinée. Métros et tramways circulent normalement. Toujours des perturbations à prévoir sur le RER. La RATP signale qu’elle a fait voyager des rames sans voyageur cette nuit pour de dégivrer les caténaires.

Des perturbations sont toujours à prévoir sur l'ensemble du réseau Transilien.

Les chutes de neige ont cessé sur l'ensemble de la région, mais la couche neigeuse pouvait atteindre 25 centimètres dans certains secteurs, notamment le Val-d'Oise et les Yvelines.

Le trafic TGV vers le nord devrait reprendre "vers 08h00" selon la SNCF, avec un Paris-Lille, puis ensuite les Eurostars et Thalys.

En direction de la Normandie et de la Picardie, le trafic est quasiment nul en raison de voies qui sont toujours obstruées par la neige.

En Normandie, la chute de neige a été qualifiée d'"historique" par les météorologues, en raison de son ampleur.

12.400 pompiers et policiers ainsi qu'un régiment de l'armée et 1.000 agents d'ERDF ont été mobilisés par le gouvernement.

Environ 69.000 foyers étaient encore privés d'électricité ce mercredi midi, selon ERDF, qui vise un rétablissement total ce soir à 22h00.

Jean-Marc Ayrault, qui a assuré que la situation avait été anticipée par les autorités, a fait du rétablissement de l'électricité une priorité dans les heures à venir. Concernant l'électricité, le gouvernement espère un retour à la normale dès mercredi, selon la ministre de l'Ecologie.

Dans la Manche, 600 personnes étaient toujours hébergées dans le département.

Plusieurs départements ont interdit ou restreint la circulation des poids lourds.

Pouvait-on éviter le blocage ?

C'est que qu'affirme l'opposition, à l'instar de l'ex-ministre UMP Valérie Pécresse qui a réclamé une commission d'enquête sur les "dysfonctionnements dans les transports en Ile-de-France".Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a estimé de son côté qu'une catastrophe avait été évitée et que le gouvernement n'avait pas été dépassé par les événements : "Nous n'avons pas eu de très grosses perturbations notamment dans les aéroports par exemple, nous avons eu des décisions départementales qui ont été prises pour bloquer le trafic, des accords internationaux avec nos voisins belges, avec nos voisins britanniques".La ministre de l'Ecologie Delphine Batho a pour sa part affirmé que tout le monde avait "bien fait son travail" et que les autorités n'avaient pas été prises au dépourvu tout en estimant qu'il faudrait faire "un retour d'expérience" : "c'est vrai qu'il y a une fragilité de la région Ile-de-France aux épisodes neigeux".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.