Aurore Martin
Aurore Martin © PHOTOPQR/SUD OUEST
La militante basque française Aurore Martin, incarcérée en Espagne depuis débutnovembre, a été libérée samedi après-midi par les autorités judiciaires espagnoles, a-t-on appris auprès du parti indépendantiste Batasuna. Sa remise en liberté a été effectuée peu après 17h00 contre le versement d'une caution en liquide de 15.000 euros réunie par la famille et Batasuna lors d'une collecte de fonds ce samedi matin. Les magistrats de la plus haute juridiction espagnole avaient décidé de sa remise en liberté vendredi. L'avocate d'Aurore Martin, Me Amaia Recarte, avait alors précisé que sa libération ne serait effective qu'après versement de la caution en espèces et enregistrement d'un domicile enEspagne. Sa cliente aura pour obligation de pointer chaque début de mois au tribunal le plus proche de son domicile officiel en Espagne, avait-elle précisé. _Les précisions de Jihane Bergaoui de France Bleu Pays basque_
Aurore Martin, 33 ans, a été interpellée le 1er novembre dernier par la gendarmerie lors d'un contrôle routier qualifié de fortuit à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). En exécution d'un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne le 13 octobre 2010 et validé le 16 décembre suivant par la justice française, elle a été remise aux autorités judiciairesespagnoles qui l'ont placée en détention le lendemain. La justice espagnole lui reproche ses liens avec le parti indépendantiste basque Batasuna, interdit dans ce pays car considéré comme lié à l'organisation politico-militaire ETA, mais autorisé en France. Son arrestation a soulevé de nombreuses protestations au Pays basque et au-delà, le gouvernement français ayant été mis en cause dans sa volonté de remettre une ressortissantefrançaise à l'Espagne, ce que les autorités françaises n'ont cessé de nier, soulignant qu'il s'agissait d'une décision de justice. Pour Maite Etcheverry, l'une des porte-parole de Batasuna : > Nous sommes très heureux de libération d'Aurore Martin. Il y a eu une grande mobilisation populaire ce matin pour réunir la caution. _En Espagne, en revanche, la libération d'Aurore Martin ne fait pas la une des journaux_
La militante basque, qui aura passé 52 jours en détention, risque toujours jusqu'à douze ans de prison en Espagne. Elle devrait passer les fêtes de Noël en famille à Mauléon.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.