La sublime María Pagés avait conquis le festival Arte Flamenco il y a deux ans avec Autorretrato. La danseuse et chorégraphe présente son dernier ballet, inédit en France, Mirada, créé à l’occasion des vingt ans de sa compagnie.

María Pagés
María Pagés © radio-france

« Je me demande ce qu’il reste de ces vingt ans. Et pourquoi le désir d’y retourner me fait défaut. Je m’entête à gravir ces escaliers toujours plus raides… » María Pagés a gagné en maturité. Elle est aujourd’hui au sommet de son art. Sur toutes les scènes du monde, elle triomphe. Ce fut le cas l’automne dernier à Séville où Dunas, co-interprété avec le danseur contemporain Sidi Larbi Cherkaoui, a été élu meilleur spectacle de la Biennale. Mirada (regard) est un hommage aux poètes, illustres ou populaires, un hommage à l’acte de création. Neuf danseurs et sept musiciens jouent de leurs corps et de la voix dans un ballet traversé d’inspirations puisées aux sources du flamenco mais également de la littérature ou du cinéma.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.