[scald=213983:sdl_editor_representation]NANTES (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a demandé dimanche à deux de ses ministres de recevoir des associations de défense des droits des pères, alors qu'un homme est retranché en haut d'une grue à Nantes (Loire-Atlantique) depuis vendredi.

Dans un communiqué, le Premier ministre dit suivre "avec la plus grande attention" la situation de Serge Charnay, perché depuis quarante huit heures au sommet d'une ancienne grue du port de Nantes, ville dont Jean-Marc Ayrault fut maire.

Il demande en conséquence à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et à la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, de recevoir la semaine prochaine l'association "SOS Papa et d'autres associations de défense des droits des pères".

Cette annonce pourrait permettre aux autorités locales d'engager sur place un dialogue avec Serge Charnay, qui a menacé de porter plainte pour mise en danger de la vie d'autrui si les forces de l'ordre persistent à lui refuser tout ravitaillement.

"Je n'ai plus rien à boire et plus rien à manger", a-t-il dit sur i> TELE, après être descendu au premier étage de la grue.

"Je ne fais pas une grève de la faim et de la soif, je suis assiégé par les forces de l'ordre", avait auparavant indiqué le père du petit Benoît dans un communiqué transmis à la presse.

Cet ancien informaticien de 43 ans au RSA a déployé une banderole "Benoît, deux ans sans son papa" en haut de la grue "Titan".

Il avait été incarcéré quatre mois entre septembre 2011 et janvier 2012 pour avoir enlevé son fils des mains de ses grands-parents maternels afin de "l'emmener en vacances". Il réclame aujourd'hui le rétablissement du droit de visite de Benoît.

"Je ne veux pas qu'un papa soit obligé de faire une grève de la faim pour réclamer son droit à voir ses enfants", dit-il dans son communiqué. "Tant que je suis là, quelques papas renonceront à se foutre en l'air de désespoir."

Serge Charnay avait rejeté vendredi soir une proposition de réexamen sous brefs délais de son dossier, qui lui avait été transmise par la préfecture.

MANIFESTATION MERCREDI À NANTES

Il a prévu de participer mercredi à une manifestation pour la cause des pères divorcés, prévue de longue date à Nantes.

Son communiqué a été transmis dimanche par l'intermédiaire de la mère de Nicolas Moreno, un second père de famille séparé de ses enfants, qui s'était lui aussi réfugié dans la nuit de vendredi à samedi en haut d'une autre grue du port de Nantes par "solidarité" avec Serge Charnay.

Cette action coup de poing survient à quelques jours d'une manifestation prévue mercredi à Nantes par l'association "SVP Papa" pour "dénoncer les dérives du pouvoir judiciaire" en matière de justice familiale.

Nicolas Moreno, un grimpeur-élagueur de 34 ans, père de deux garçons en bas âge, qui habite Romans-sur-Isère (Drôme), a expliqué avoir voulu lancer "un message à tous les papas désespérés".

"Il y a des lois qui sont très très bien faites, on souhaite simplement qu'elles soient appliquées équitablement", a-t-il dit à la presse. "Malheureusement, la justice n'est pas impartiale, il suffit de prendre tous les chiffres sur les résidences et domiciliations des enfants, 80% des domiciliations sont remises aux mamans".

Nicolas Moreno avait déjà entamé une grève de la faim en novembre à Valence (Drôme), après la décision de la justice de fixer la résidence principale de ses enfants dans les Landes, où a déménagé leur mère. Il avait alors reçu le soutien de Serge Charnay.

Guillaume Frouin, édité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.