Dans Silence et Tumulte, il y a le silence de l'auteur qui ne peut plus écrire et le tumulte de la rue où une grande parade est organisée en l'honneur du leader.

Entre les deux, il y a la réflexion que le silence peut guider et que le tumulte anéantit. Le bruit des manifestations empêche le peuple de réflechir.

Ce texte incisif se déroule un jour de parade. La population est contrainte d'ailler défiler dans la rue à la gloire de son leader. Ceux qui restent en dehors du cortège sont arrêtés par la police.

Un homme, un écrivain réduit au silence, cherche à passer entre les mailles pour rendre visite à sa mère puis rejoindre la femme qu'il aime à l'autre bout de la ville.

DansSilence et Tumulte ( son premier texte publié en français), Nihad Sirees revient sur les années d'oppression. Surnommé le Kafka du Moyen Orient, il démonte par touches métaphoriques tous les rouages d'un système qui comprime l'individu et sa liberté d'expression.

Comment ne pas perdre sa dignité et sa raison d'être devant des séquences répétées d'humiliation infligées à ceux qui ne suivent pas la ligne tracée par le régime ?

Au départ, le narrateur s'invente des histoires dans sa tête, dans son for intérieur, comme un jardin secret. Mais un jour, il croise un voisin qui parle seul et à voix haute.

Il redoute alors devenir fou, car la folie guette les hommes.

Le sexe sera son seul échapattoire. Bien qu'il soit question d'amour avec sa compagne, c'est bien le sexe dans sa dimension bestiale qui sert de recours. Baiser comme un animal, pour que le corps extériorise toutes les frustations de l'âme et qu' il puisse, une fois apaisé, se regarder dans une glace, l'esprit soudainement libre. Baiser à mort pour ne pas mourir et regarder demain avec espoir. Baiser pour résister à l'oppression.Baiser pour ne pas "laisser tomber", attitude suivie par tous ses amis qui préfèrent feindre la betise et la docilité pour vivre en paix

Nihad Sirees sera l'invité de Partout Ailleurs le vendredi 28 septembre 2012 à 19h20 sur Inter

Echos d'Ailleurs et Partout Ailleurs sur Twitter : @EricValmir

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.