Lancé le 15 janvier dernier, le site internet granddebat.fr permet depuis une semaine de donner son avis et de faire des propositions dans le cadre du grand débat national. La plateforme compte 125 000 contributions ouvertes avec plusieurs sujets récurrents comme le retour de l'ISF ou des 90 km/h.

Le site internet du grand débat national, accessible depuis le 15 janvier dernier et sur lequel on peut faire des propositions depuis maintenant une semaine.
Le site internet du grand débat national, accessible depuis le 15 janvier dernier et sur lequel on peut faire des propositions depuis maintenant une semaine. © Maxppp /

C’est l’un des moyens pour participer au grand débat national. Depuis le 22 janvier, les Français sont appelés à déposer leurs contributions directement sur le site granddebat.fr. En sept jours, quelque 125 000 contributions ouvertes ont été publiées sur la plateforme dans les catégories suivantes : Transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l’État. Le thème qui attire le plus d’internautes est, sans grande surprise, celui de la fiscalité. Mardi à la mi-journée, il y avait au total dans cette catégorie près de 45 000 messages.

Taxes réduites sur les produits de première nécessité et retour de l'ISF

Concernant la fiscalité, les sujets les plus mis en avant sont par exemple une réforme de la TVA (plus d'un millier de messages), le retour (ou non) de l’impôt sur la fortune (900 contributions), la hausse, la baisse, l’ajout ou la suppression d’allocations (300 propositions) ou encore une révision des droits de succession (au moins 270).

Plébiscitée dans un nombre important de fiches, une baisse de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) pour les produits de première nécessité. C’est le cas, par exemple, dans la contribution de Saintrain. Cet internaute estime qu’il faut réformer les taux appliqués aux produits alimentaires et de base. Il poursuit : “Ce ne sont pas les aides sociales qu'il faut revoir mais les gaspillages en tout genre et l'excès des très hauts salaires ainsi que la lutte contre l'évasion fiscale”. Proposition récurrente, l’instauration d’une lourde taxation sur les produits de luxe : “grosses voitures, or, diamants, rubis, etc.”. Un moyen aussi de proposer des idées originales comme celle de Maco : “Diffuser un spot régional de cinq minutes avant la pub un soir de la semaine pour nous rappeler l’utilisation de la taxe et ce qui est fait avec notre argent.

Parmi les propositions qui répondent aux requêtes “ISF” et “impôt sur la fortune” dans le moteur de recherche et, selon notre décompte, la plupart se prononcent pour un retour de cet impôt. Zagato s’explique : “remettre l’ISF ne changera en rien le quotidien de chacun et c'est justement en partie pour cela qu'il faut le remettre, c’est une mesure éminemment symbolique mais de justice”.

Des contributions parfois très détaillées comme celle-ci sur l'impôt sur la fortune.
Des contributions parfois très détaillées comme celle-ci sur l'impôt sur la fortune. / Capture d'écran granddébat.fr

Ainsi, la contribution de Dangeordan propose de “remettre l'ISF et rajouter une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu”. Autre exemple, celle de PL est beaucoup plus détaillée et fournie : un long paragraphe explicatif pour demander une justice fiscale. Éric Nani suggère également au chef de l’État cette idée : “Plutôt que généraliser la suppression de la partie d'ISF, la maintenir en exonérant seulement ceux qui investissent réellement dans l'économie”. L’impôt sur la fortune a aussi ses défenseurs comme EB qui dénonce dans un long texte un impôt “contraire à la liberté d’entreprendre”.

Faire payer ceux qui polluent et pas seulement les automobilistes

Sur les quasi 30 000 contributions à la thématique environnementale de granddébat.fr, près d’un millier pointent du doigt les gros pollueurs ou incitent à la mise en place d’un principe de “pollueur payeur”. Une injustice dénoncée par Fernandez : “Si les gros bateaux polluent autant que des milliers de voitures, pourquoi vouloir taxer en priorité les automobilistes ?Florence embraye : “Il faut contraindre tous les pollueurs à payer des taxes, à modifier leurs industries ou supprimer l'utilisation des énergies fossiles (...) Il faut taxer TOUS les carburants venant d'énergies fossiles. Il faut taxer TOUS les revenus financiers générés par les énergies fossiles”. Beaucoup parlent aussi de plus taxer les compagnies aériennes ou de l’exemplarité de l’État : “il faut supprimer le ministère de l'Écologie ; tout ministère doit avoir une antenne écologiqueécrit Maat.

Le mot “transport” répond également à plus d’un millier de réponses dans le moteur de recherche et regroupe des revendications comme, pêle-mêle, une augmentation du nombre de transports en commun et la gratuité de ceux-ci. Enfin plusieurs centaines de messages (près de 500) réclament la “fin des pesticides” ou “l’interdiction du glyphosate”.  Léon réclame le zéro pesticide : “L'interdiction des pesticides immédiatement serait une mesure de santé publique. Les alternatives aux pesticides existent en adaptant le système de production au milieu. Les agriculteurs doivent redevenir de vrais agriculteurs et non des agrochimistes.Abs61 poursuit : “C'est le rôle de l'État (ou des États dans l'Europe et dans le monde) d'anticiper, de prévoir, grâce à des organismes réellement indépendants des lobbys et, s'il le faut, d'imposer aux industriels des contraintes de production non polluantes, non destructrices.

Les 80 km/h, contestés en masse 

Comment ce grand débat pourrait-il échapper à la contestation anti-80 km/h sur les routes nationales ? C’est le sujet le plus discuté de la thématique “organisation de l’État et des services publics”. Bien que certaines contributions demandent le maintien de la mesure, une large partie des 5 000 notices demande la fin de la mesure instaurée il y a six mois en France par le gouvernement. On retrouve à de très nombreuses reprises le même texte, copié-collé par plusieurs utilisateurs : “Il faut revenir sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Cette mesure a été imposée sans concertation, après une expérimentation biaisée aux résultats peu probants, contre l’avis des Français… etc.

Est-ce l’action de militants ? “Quand vous faites du participatif, vous le faites pour écouter ce que les gens ont à dire. Si une association, une organisation pour faire passer son message, est capable de mobiliser, 1 000, 10 000 personnes : c’est le jeu !” justifie Cyril Lage, président fondateur de Cap collectif et créateur de la plateforme du grand débat.

Autre tendance importante, la simplification administrative, la réduction du mille-feuille et des échelons administratifs est l’une des revendications souvent évoquées : près de 2 000 messages. “Il y a trop de strates” regrette Calmejane, “il faut éviter les doublons” estime mopette263. On réclame par exemple “la suppression des métropoles et des régions au profit des départements” (comme Momon83), Willez résume : “Nous devons avoir moins d'administrations. Nous avons les communes, les communautés d'agglomération, le pays, la région, le département. À chaque organisme correspond un budget de fonctionnement. Il serait bon de simplifier et de diminuer leur nombre, on pourrait faire des économies”.

Difficile de s'y retrouver

Dans le site, il est compliqué de faire le tri et de dégager de réelles tendances : les intitulés des contributions sont parfois confus, imprécis, mal orthographiés. Les titres résument souvent seulement l’un des points abordés mais occultent donc le reste de la contribution ou ne résument rien du tout : "l'essence", "ÊTRE RÉALISTE", "ahahah", "Dans un monde choisi et non subi". “C’est dur (pour les internautes) de trouver un titre”, estime Cyril Lage, président fondateur de Cap collectif et “en fait, oui, le titre de la contribution n’est pas forcément révélateur de son contenu”.

Des titres parfois peu explicites pour rendre compte des propositions.
Des titres parfois peu explicites pour rendre compte des propositions. / Capture d'écran granddébat.fr

Un détail qui n’en n’est pas un : pour chaque réponse, la plateforme propose une série de questions comme “Quels sont selon vous les impôts qu’il faut baisser en priorité ?” ou “Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?” Mais chaque internaute peut décider de répondre (pas complètement ou pas du tout, plus ou moins bien) à chacune de ces questions. “Le principe du site est que les citoyens peuvent répondre soit à des interrogations fermées via un questionnaire préétabli sur chaque thématiques, soit à ce même questionnaire mais avec un espace de liberté en plus, pour faire des remarques et des propositions concrètes”, précise Cyril Lage, président fondateur de Cap collectif, l’entreprise qui a conçu la plateforme.

“Bon courage” pour traiter les contributions

Ce dernier souhaite d’ailleurs (très sincèrement) “bon courage” à ceux qui vont analyser les données, au delà du 15 mars prochain, date de fermeture de la plateforme. “Nous ne serons pas chargés de la restitution. Chez Cap collectif, on a déjà fait des synthèses… mais pas sur de tels volumes de données ! C’est un travail extrêmement exigeant et chronophage”, estime t-il.

► ALLER PLUS LOIN - Retrouvez les autres contributions du grand débat décryptées par France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.