Après l'attaque contre des militaires à l'aéroport parisien d'Orly, retour sur les mesures de sécurité adoptées dans les aérogares du monde entier.

Samedi 18 mars, Ziyed Ben Belgacem est abattu à l'aéroport d'Orly après avoir dérobé l'arme d'un militaire de Sentinelle.
Samedi 18 mars, Ziyed Ben Belgacem est abattu à l'aéroport d'Orly après avoir dérobé l'arme d'un militaire de Sentinelle. © Maxppp / LP/Yann Foreix

L'aéroport d'Orly n’a pour le moment pas mis en place de mesures de sécurités supplémentaires après l’attaque des militaires du réseau Sentinelle, samedi 18 mars. Aujourd'hui, la question de la sécurité dans les aéroports est mise sur la table. À l’étranger, comment les aéroports se protègent-ils des attaques ?

À l’aéroport international Istanbul-Atatürk,les entrées du terminal sont soumises à un contrôle avec un portique et des agents de sécurité. Des mesures qui n’ont malheureusement pas empêché les voyageurs d’être victimes d’un triple attentat suicide en juin 2016.

► LIRE AUSSI | Turquie : attentat kamikaze à l'aéroport Atatürk d'Istanbul

Les fouilles à l’entrée de l’aéroport, une fausse bonne idée

D'autres pays comme Israël ont mis en place des systèmes de barrages filtrants deux kilomètres en amont des terminaux. Un filtrage possible de par le nombre de passagers qui arpentent chaque jour les halls de cet aéroport : l’aéroport international David Ben Gourion (Tel-Aviv), voit passer moins de 6 millions de passagers par an. Par comparaison l'aéroport Charles de Gaulle reçoit 66 millions de passagers par an et Orly 30 millions.

Sur France Inter, le PDG du groupe Aéroport de Paris, Augustin de Romanet s’est dit opposé à la mise en place de check-point à l’entrée de la zone publique des aéroports parisiens pour des raisons pratiques.

► LIRE AUSSI | Augustin de Romanet : "La reconnaissance faciale est une piste vers laquelle on pourrait s'orienter"

À Tel-Aviv, des techniques d’analyse comportementale

La reconnaissance faciale, Vincent Capo-Cannellas y est favorable. Le sénateur-maire UDI du Bourget (Seine-Saint-Denis) est l’auteur d’un rapport sur la sûreté du transport aérien paru en 2016. Pour son étude, il a observé les techniques mises en place à l’aéroport international David Ben Gourion à Tel-Aviv en Israël. Parmi ces techniques, celles des "profileurs" : des agents en civil formés pour détecter les individus fébriles. Ils peuvent ensuite déclencher des patrouilles :

On va regarder le profil de l’individu : comment il a acheté son billet, quel type de parcours il fait habituellement, est-ce que ce passager est connu ou pas.

"Il faudra qu'en France on sache aussi parfois tester ce genre de mesures, c'est ce que je propose dans mon rapport." Problème : le financement. L’aéroport d’Orly est équipé de 9 000 caméras de vidéosurveillance. "Pas assez" selon Vincent Capo-Cannellas. Il souhaite augmenter la base des taxes payées par les passagers afin que l’État finance le système et "prenne ses responsabilités". Aujourd’hui, 7000 personnes assurent au quotidien la sécurité des aéroports de Roissy, Orly et Le Bourget.

► LIRE AUSSI | Attaque à Orly : les soldats de Sentinelle sont-ils des cibles trop tentantes ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.