Cesare Battisti publie "Face au Mur" chez Flammarion. L'ancien activiste italien, condamné à perpétuité, évadé depuis 1981, avant d'être emprisonné au Brésil, raconte l'histoire d'un détenu dans une prison brésilienne. Une histoire qui lui ressemble.

Le narrateur deFace au Mur est un homme qui cherche une issue dans le silence. Il décrit en toute tranquilité les misères de sa prison brésilienne, l'humiliation d'être à la merci d'un système carcéral, la mort au bout d'une allumette pour des raisons idiotes...Un battement d'aile et il n'est plus là, il est ailleurs. Pas d'apitoiement sur ce Brésil où l'on est riche de tous petits riens, la vie va comme ça, au soleil des favellas, dans le sucre des amours de séries télévisées, ou dans les bras d'une femme absolue qui l'a trahi.

Cet homme est un double avoué de Cesare Battisti , enfermé pendant 4 ans, qui s'interroge sur le sens de l'écriture. Le Battisti de Face au Mur n'est pas celui de Cargo Sentimental , il est bien plus etoffé. "J'écris et je pense qu'écrire sur quelque chose ou quelqu'un c'est le détruire " fait-il dire à son narrateur-écrivain ou encore "Le prisonnier ne se délivre pas de sa passion noire comme d'une rage de dents ".

Du passé d'activiste en Europe, des raisons de sa condammation en Italie, ce prisonnier ne dit que très peu de choses, car l'auteur de Face au Mur se dit libéré du passé et tourné vers un avenir neuf.

L'interview de Cesare Battisti depuis le Brésil, à Rio, où il s'est définitivement installé il y a quatre mois maintenant. Il a un statut de migrant (le Brésil a refusé son extradition), souhaite mener des ateliers d'écriture, et continuer à être écrivain. Face au Mur a été écrit en détention. Le personnage de Face au Mur est un détenu un peu part au milieu des autres. C'est l'écrivain. Ces codétenus l'imaginent écrivant des romans policiers bien sanglant, avec des rebondissements. Lui décrit le quotidien du milieu carcéral. Pour bien connaître un pays il faut connaître ses prisons. La citation est de Nelson Mandela mais s'applique parfaitement à ce récit. Son personnage est d'abord un homme traqué, qui arrive avec un faux passeport. Il est ensuite un homme envoûté par une femme qui va le trahir. Dans la saleté et les humiliations de l'univers carcéral il cherche un moyen de rester lui-même. Cesare Battisti est-il passé de l'état de paranoiaque à celui de sage ou de philosophe? Peu d'allusion au passé de Cesare Battisti dans les pages de Face au MurLes raisons de sa condamnation en Italie sont effleurées, volontairement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.