Les affrontements entre catholiques et protestants ont fait des centaines de mort en Irlande du Nord, dans chacun des deux camps.

Mars 2009 : Le policier Stephen Carroll, 48 ans, effectue une intervention dans son véhicule de service. L'homme a été appelé en renfort dans un quartier de Belfast à cause de troubles provoqués par des républicains.

Il est est assassiné d'une balle dans la tête à bout portant par des dissidents de l'IRA, deux ans après la mise en place du gouvernement régional où les élus protestants et catholiques se partagent le pouvoir, ce qui est considéré comme l'aboutissement du processus de paix. Des dissidents de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), sans représentation politique restent opposés au processus de paix.

  • Kate, 60 ans, veuve du policier Stephen Carroll se confie à Hervé Amoric

21 juin 1989 : C'est l'heure du déjeuner chez les Finucane en ce premier jour de l'été 1989. Toute la famille est attablée pour le repas dominical quand des paramilitaires loyalistes pénètrent dans leur domicile et ouvrent le feu sur le père, Pat, tué de 14 balles devant ses trois enfants. Sa femme est bléssée pendant l'assaut.

Les Ulster Freedom Fighters revendiquent le meurtre dans un communiqué et qualifient l'avocat Pat Finucane de "gradé de l'IRA". Une accusation démentie avec véhémence par la famille de la victime.

Pour la première fois en vingt ans, un avocat était la cible d’assassins. Et pas n’importe lequel. Finucane étant devenu un symbole de la résistance à l’oppression des forces de sécurité britannique par des moyens légaux, pacifiques. Il s’était fait connaître en défendant avec succès des membres de l’Irish Republican Army (IRA), notamment Bobby Sands.

  • Michael Finucane, l'un des fils de Pat Finucane, répond à Hervé Amoric.

{% flash %}

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.