L'homme le plus recherché du monde a été tué dimanche soir au cours d'une opération commando menée au Pakistan par les Etats-Unis. Barack Obama l'a officiellement annoncé vers 23h30 (lundi au petit matin en France) lors d'une allocution télévisée diffusée depuis la Maison blanche.

"Justice est faite" , a lancé le président américain, près de dix ans après les attentats du 11 septembre 2001. Barack Obama a fourni des détails sur la mort d'Oussama Ben Laden: le chef d'Al-Qaeda a été tué à Abbottabad, au nord d’Islamabad, la capitale pakistanaise, dans une résidence ultrasurveillée. Le président américain a indiqué que cette opération commando se préparait depuis l’été dernier. "Finalement, la semaine dernière, j’ai déterminé que nous avions suffisamment de renseignements pour agir, et ai autorisé une opération destinée à capturer Oussama Ben Laden et à le présenter devant la justice" , a-t-il précisé.

Le raid, mené avec l'aide du Pakistan par un petit groupe d'agents américains des Navy Seals à bord de deux hélicoptères, aurait duré une quarantaine de minutes. "Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama Ben Laden et ont récupéré son corps" , a indiqué le président américain.

Des tests ADN ont confirmé à 99,9% que l'ennemi public numéro un était mort, ont annoncé deux responsables de la présidence américaine. Selon les chaînes de télévision CNN et MSNBC, la dépouille de Ben Laden a été traitée en respect de la tradition musulmane, puis inhumée en mer dans un lieu non précisé.

Barack Obama a suivi l'opération en direct, minute par minute. Les précisions de Fabienne Sintes, à Washington (03/05/11)

__

La correspondance de Fabienne Sintes à Washington, dans le journal de 13h de Claire Servajean (02/05/11)

Extrait de la déclaration de Barack Obama, sur France 24

Les précisions sur cette opération d'Eric de la Varenne, notre correspondant à Islamabad

Peu après la déclaration de Barack Obama, des milliers de personnes en liesse se sont rassemblées à Washington aux cris de "USA, USA !" , tandis que la foule envahissait les abords de "Ground Zero" (emplacement des anciennes tours jumelles du World Trade Center) à New York.

Le reportage d'Adrien Colly dans les rues de New York, la nuit dernière

Pour bien mesurer ce que représente la mort d'Oussama Ben Laden, il faut se remettre en mémoire les attentats du 11 septembre 2001. Flashback sonore, avec ces archives rassemblées par Alain Le Gouguec

La mort du chef d'Al-Qaeda a été accueillie par l'exécutif français, Nicolas Sarkozy en tête, comme une victoire dans la lutte antiterroriste, même si l'Elysée a souligné que le combat n'était pas achevé pour autant. Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a jugé que la disparition de Ben Laden ne diminuait "absolument pas le risque terroriste" , qui demeure "élevé" sur le territoire.

Pour Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, c'est "une victoire de toutes les démocraties qui se battent contre ce fléau abominable qu'est le terrorisme"

La menace terroriste reste élevée, explique Roland Jacquart, président de l'Observatoire international du terrorisme, à Agnès Soubiran

L'analyse d'Habidi Hasni, directeur du Centre d'étude et de recherche du monde arabe et méditerranéen à Genève, au micro de Raphaëlle Duchemin

Des réactions quasi-unanimes dans le monde entier : soulagement et joie en Occident comme dans la plupart des pays arabes. Restent pourtant deux voix discordantes: le chef du Hamas palestinien, Ismael Haniyeh qui condamne l'assassinat d'un djihadiste arabe, et les Frères musulmans, principale force politique organisée en Egypte, qui demandent une fois de plus à Obama de retirer ses troupes d'Afghanistan et d'Irak.

La disparition de Ben Laden intervient au moment où les relations entre Washington et Islamabad ne sont pas au beau fixe. Les explications de Christian Chesnot

Crédit photo bandeau : © HO Old / Reuters

Ben laden : la traque
Ben laden : la traque © radio-france /

Ben laden : la traque
Ben laden : la traque © radio-france /

Mots-clés :

Derniers articles

Monde

Alep : qui va bouger ?

mardi 27 septembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.