Les Berlinois se battent pour que le Mur reste intact
Les Berlinois se battent pour que le Mur reste intact © Reuters / Thomas Peter

Les Berlinois manifestent depuis plusieurs jours contre un projet de construction d'un immeuble de luxe près du symbole de la Guerre froide. Une construction qui nécessite la destruction d'une partie du Mur de Berlin, déjà bien entamée en 1989.

Plus question d'enlever "another brick in the wall", c'est le message adressé par les habitants de la ville au promoteur Living Bauhaus, qui veut construire une grande tour près du vestige. Ils étaient plus de 6.000 dimanche à manifester contre le projet d'ouvrir une (nouvelle) brèche dans le Mur. Et encore une centaine en début de semaine.

Même le maire de la ville s'est rangé sur côté des Berlinois nostalgique ou tout simplement attachés à ce morceau vivant d'Histoire. "La démolition d'une partie de l'East Side Gallery qui a commencé vendredi ne paraît pas nécessaire", lance le maire social-démocrate dans un communiqué. "Je m'engage pour le maintien de cette partie du Mur", et demande de "trouver des solutions alternatives".

Vingt appartements déjà vendus

Devant un tel soulèvement, l'investisseur a reculé, au moins temporairement. Il assure "avoir décommandé la grue", promettant "de ne pas retirer pour le moment d'autres segments". Les travaux ont été suspendus.

À Berlin, le reportage de Nathalie Versieux.

Il ne reste pas grand chose aujourd'hui du mur qui coupait la ville en deux pendant la Guerre froide : un peu plus d'un kilomètre, taggé d'une vaste fresque réalisée par des artistes venus du monde entier. Un symbole que les Berlinois veulent garder intact.

Le nouvel immeuble doit proposer 36 appartements de luxe, dont vingt ont été déjà vendus. Le promoteur espère donc réussir à trouver une solution qui conviendrait à tout le monde... ou carrément se faire exproprier par la mairie d'arrondissement, ce qui ouvrirait la porte à un dédommagement. "Mais ce n'est pas notre objectif", assure-t-il.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.