silvio berlusconi condamné en appel à quatre ans de prison
silvio berlusconi condamné en appel à quatre ans de prison © reuters

La Cour d'appel de Milan a confirmé mercredi une peine d'un an de prison pour fraude fiscale contre Silvio Berlusconi dans le procès Mediaset.

L'ancien président du Conseil italien, qui a opéré un spectaculaire retour sur la scène politique à l'occasion des élections de février, est également frappé d'une interdiction d'occuper un poste officiel pendant une période de cinq ans.

La Cour "déclare inadmissible le recours en appel" des accusés dont l'ex-Premier ministre et "confirme la peine prononcée le 26 octobre 2012" en première instance, a indiqué la présidente. A l'automne dernier, le tribunal avait alors prononcé une peine de quatre ans réduite immédiatement à un an en vertu d'une amnistie et interdit au Cavaliere d'exercer une fonction publique pendant cinq ans.

L'application de la sentence est toutefois suspendue à un probable recours en Cassation des avocats du Cavaliere, âgé de 76 ans. En outre, les accusations de fraude fiscale seront prescrites entre la fin 2013 et début 2014.

L'un de ses avocats Niccolo Ghedini a aussitôt critiqué une sentence dictée par des "préjugés" des magistrats de Milan à l'encontre de l'ex-chef de gouvernement.

A Rome, Anaïs Feuga

1 min

berlusconi

Silvio Berlusconi a eu de nombreux démêlés judiciaires depuis son entrée dans la vie politique en 1994, mais n'a jamais été condamné de manière définitive.

Il a été condamné à trois reprises en première instance en 1997 et 1998 à un total de six ans et cinq mois de prison ferme pour corruption, faux en bilan et financement illicite d'un parti politique. Mais il a été à chaque fois acquitté ou a bénéficié de la prescription pour ces délits.

Son prochain rendez-vous devant des juges est fixé au 13 mai dans l'affaire "Rubygate" d'incitation à la prostitution de mineure. Après maints reports, la prochaine audience dans ce procès a été fixée au 13 mai prochain.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.