Le chef du gouvernement confirme qu'il s'en ira, sans doute à la fin du mois une fois que les réformes promises à Bruxelles et au FMI auront été adoptées. Silvio Berlusconi ajoute même dans une interview à la Stampa ce matin qu'il ne se représentera pas.

Anaïs Feuga

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.