Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, l'Espagne et l'Italie n'inspirent plus la confiance des marchés. Silvio Berlusconi s'est exprimé devant les parlementaires pour rassurer.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.