l'usage de la cigarette électronique doit être davantage réglementé, selon des experts
l'usage de la cigarette électronique doit être davantage réglementé, selon des experts © reuters

La ministre du Travail a annoncé son intention d'interdire la fameuse cigarette électronique dans les lieux publics, mais aussi d'empêcher les mineurs d'y avoir accès. Bref, d'y appliquer les mêmes règles qu'au tabac réel.

Marisol Touraine se base sur un rapport d'experts, qui préconise de ne pas interdire la cigarette électronique, utilisée par plus de 500.000 personnes en France... Des personnes qui le plus souvent, "vapotent" pour arrêter de fumer.

Mais la ministre craint une banalisation de ces appareils, et veut donc lui appliquer; en bloc, les mêmes règles qu'à la cigarette réelle. "La cigarette électronique n'est pas un produit banal, et donc nous devons appliquer à la cigarette électronique les mêmes mesures que celles qui sont aujourd'hui appliquées pour le tabac".

Marisol Touraine veut donc "faire en sorte qu'elle ne puisse pas être fumée dans un lieu public, que sa vente soit interdite aux mineurs de moins de 16 ans, et qu'il n'y ait pas de possibilité de faire de la publicité pour la cigarette électronique".

Tout en reconnaissant, paradoxalement, qu'il s'agit "d'un bon instrument pour que des fumeurs arrêtent de fumer".

Les explications de Danielle Messager.

1 min

Inter treize - DCT Cigarette 13h

L'entrée en vigueur de l'interdiction de la publicité est immédiate, précise le ministère de la Santé dans un communiqué. Celle concernant la vente aux mineurs sera effective "dès que possible", au plus tard dans la prochaine loi de santé publique.Le Conseil d'Etat va lui être saisi par le gouvernement pour que les modalités juridiques concernant l'interdiction de "vapoter" dans l'espace public soient précisées.

Des mesures qui vont dans le bon sens pour le professeur Yves Martinet, pneumologue et président du comité national contre le tabac.

53 sec

S tabac

Un plan anti-tabac plus large

La cigarette électronique, qui reproduit la forme de la cigarette classique, utilise des solutions contenant du propylène glycol ou du glycérol, avec l'ajout de divers arômes et éventuellement de nicotine. En mai 2011, l'Afssaps, depuis remplacée par l'Agence nationale de sécurité du médicament, recommandait de ne pas en consommer.

Marisol Touraine a également annoncé vendredi le lancement d'un vaste plan anti-tabac visant à mieux cibler les femmes enceintes et les jeunes.

"Il y aura dans les prochains mois un logo sur les paquets de tabac indiquant que les femmes enceintes ne doivent pas fumer", a-t-elle dit. "En direction des jeunes, je vais prendre des mesures d'aide au sevrage".

Avant l'été 2014, chaque paquet de cigarettes portera un logo pour alerter les femmes enceintes, précise le ministère dans un communiqué.

Par ailleurs, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 contiendra une mesure pour "relever le défi du sevrage et inciter les jeunes fumeurs à arrêter le plus tôt possible".

Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France et la première cause de cancer. La consommation active ou passive de tabac est responsable d'environ 73.000 décès par an, dont 59.000 chez les hommes et 14.000 chez les femmes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.