C'est quand même étonnant: dans les médias, désormais, pour dire qu'une chose est réussie, on met de plus en plus en avant, non pas sa beauté, ni sa drôlerie, ni son intelligence, mais sa "fraicheur". Le dernier défilé de Jean-Paul Gaultier ? "Des modèles d'une extrême fraîcheur !" La dernière blague de Philippe Candeloro ? "D'une infinie fraicheur !" Le dernier spectacle de Michèle Bernier ? "Un océan de fraicheur !" Un film, un livre, un disque peuvent également être "frais", mais on entend le terme aussi pour qualifier les personnes. Surtout les filles, d'ailleurs. Les garçons, on nous dit qu'ils sont "énergiques" ou "troublants". Les filles, on nous dit qu'elles sont "fraiches". Olivia Ruiz ? "Elle est très fraiche !" Audrey Tautou ? "Super fraiche !" Mélanie Laurent ? "Hyper fraiche !" Là, la fraicheur, évidemment c'est la jeunesse, mais les télés et les radios étant d'une grande politesse, on utilise en outre le mot pour les femmes plus âgées. Juliette Gréco ? Line Renaud ? Jeanne Moreau ? Si l'on écoute comme on nous parle, elles aussi seraient "pleines de fraicheur"... Alors bien sûr, on peut comprendre que les journalistes ne disent pas d'une chanteuse ou d'une actrice qu'elle est "rance" ou qu'elle a dépassé la date limite de consommation. Ça ne se dit pas. Il n'est pas non plus très adroit de dire d'une fille qu'elle est "chaude". Une fille très "fraiche" le jour peut pourtant parfaitement être très "chaude" la nuit, mais c'est alors, disons, de l'ordre de l'intime. "Chaude", ça veut dire "sexy". "Fraiche", c'est plus élégant et c'est par conséquent un joli compliment. N'empêche il est curieux, ce qualificatif. Dans le langage courant, le critère de la fraicheur, il vaut surtout pour les produits alimentaires. Les fruits et les légumes, les œufs, la crème et surtout le poisson. "Il est frais, mon filet de flétan !" - on entend ça sur les marchés. La fraicheur est aussi l'argument des produits d'entretien. Les lessives, les adoucissants, les désodorisants. "Un petit pschitt et ça sent le frais", nous expliquent les publicités... Du coup, on s'interroge. Où est donc le rapport entre Olivia Ruiz et un désodorisant ? Et où est le rapport entre Jeanne Moreau et un filet de flétan ? Non, ne répondez pas, ce n'est pas la peine... En fait, on emploie le mot "fraîcheur" pour dire revigorant, pas prise de chou, léger, sautillant, printanier. En somme: "rafraichissant" ! Et sans doute elle est là, l'explication de ce tic médiatique. Dans ce rapport, non pas au temps qui passe, mais au temps qu'il fait. Les saisons qui se dérèglent, les glaciers qui fondent, les ours polaires qui disparaissent: autant de conséquences du réchauffement climatique, un phénomène qui inquiète et face auquel la fraicheur serait donc devenue la valeur suprême. Rien à voir néanmoins avec Georges. Georges Freche. Lui, quand il fait de l'humour, on peut dire qu'à chaque fois ça sent le poisson pas frais. Chronique (Gimmick) du 11/03/2010 dans "Comme on nous parle"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.