partisans et opposants au mariage pour tous manifestent à lyon
partisans et opposants au mariage pour tous manifestent à lyon © reuters

Après des milliers d’amendements, des centaines d’heures de débats, des dizaines de manifestations, on en voit enfin le bout. Les députés de l’Assemblée nationale votent solennellement cet après-midi la loi "Mariage pour tous". Le texte devrait être voté "conforme" mardi après-midi (sans changement par rapport à la version adoptée par le Sénat), mettant ainsi un terme à la navette parlementaire.

Et nul doute que ce sera oui. La France deviendra ainsi le 9e pays en Europe, le 14e au monde à légaliser le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. On estime à 200.000 le nombre de couples homosexuels en France. Selon l'INSEE, un tiers d’entre eux a l'intention de se marier. Le gouvernement espère même que les premières cérémonies auront lieu à partir de la mi-juin.

Frédérik Hufnagel a rencontré Thomas.

Petit clin d’œil… Le premier salon du mariage gay se tiendra ce week-end à Paris. Eh oui, c'est aussi un marché économique.

S’il a fallu des mois de débats parlementaires pour en arriver là, les discussions ne semblent pas avoir tellement influencé les Français d'après l'Institut de sondage BVA.

Son directeur général adjoint Gaël Slimane, avec Marc Fauvelle.

Chez les "anti", on ne lâche rien

De leur côté, les opposants au mariage gay n’ont pas dit leur dernier mot. Des manifestations ont continué hier soir à Nantes, Bordeaux, Strasbourg… Elles ont réuni quelques centaines de personnes dans chacune de ces villes. Les opposants vont aussi se faire entendre dans la rue d’abord le 5 mai, puis le 26 mai. Surtout, les opposants comptent s'en remettre au Conseil constitutionnel. Un recours a été déposé.

Les explications de Cyril Graziani.

Mais qui sont vraiment ces opposants ? Et pourquoi une telle crispation sur ce projet ?

Eric Fassin, professeur à Paris VIII, a étudié la question, il était l'invité du journal de 13h.

Menaces pour tous

Si les manifs se veulent "apaisées", les manifestants ne le sont pas toujours. Après le harcèlement de plusieurs politiques favorables au mariage pour tous, c'est le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone qui a reçu des menaces de mort. Il a reçu hier matin un courrier de menaces de mort contenant de la poudre à munition, accompagné d'une lettre l'enjoignant de reporter le vote autorisant le mariage homosexuel, ont annoncé ses services.

La lettre d'une page, qui porte au dos la mention "explosifs, exceptionnellement sans allume-feu", demande à Claude Bartolone de "surseoir au vote définitif mardi" du projet de loi. Elle a été ouverte par le service de déminage.

Ce courrier est signé d'un groupe qui se présente comme "L'Interaction des forces de l'Ordre", a ajouté la présidence de l'Assemblée nationale. Ce groupe a déjà envoyé fin mars un courrier contenant des menaces de mort et une cartouche à blanc au juge bordelais Jean-Michel Gentil, qui a mis en examen l'ancien président Nicolas Sarkozy pour "abus de faiblesse" dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Une enquête préliminaire a été ouverte fin mars sur tous les courriers signés par cette organisation inconnue.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.