la france doit encourager la prise de risque sans renier son modèle économique et social, dit jean-marc ayrault
la france doit encourager la prise de risque sans renier son modèle économique et social, dit jean-marc ayrault © reuters

Le gouvernement socialiste en place depuis sept mois a respecté la tradition du petit déjeuner du nouvel an au ministère de l'Intérieur, situé tout près de l'Elysée. Et c'est à pied, sous l'oeil des photographes, que les ministres ont rejoint le palais présidentiel en lançant des "bonne année" à l'adresse des journalistes. Le conseil des ministres doit être suivi d'un message de voeu du président François Hollande au gouvernement, qui devait déjeuner à l'Elysée.

Objectif de cette première journée : afficher la mobilisation sur tous les fronts, à l'occasion de ce premier conseil des ministres de 2013 consacré au programme de travail pour le premier semestre, qui prévoit 15 projets de loi.

Une matinée sous la grisaille mais avec le sourire de rigueur, Cyril Graziani.

La feuille de route, expliquée par le chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault devant les ministres, puis sur le perron de l'Elysée, et enfin dans une tribune dans Le Monde, sera complétée vendredi par un séminaire de travail à Matignon. L'exécutif place ainsi sous le signe de l'action une année qui s'annonce très difficile économiquement, sur fond de désaveu de l'équipe au pouvoir dans les sondages d'opinion. "La première priorité, c'est de créer les conditions de la croissance, de la création d'emplois, de la lutte contre le chômage avec l'objectif de renverser cette courbe du chômage qui monte depuis près de deux ans à la fin de l'année 2013", a dit le Premier ministre dans la cour de l'Elysée.

Écoutez l'intervention de Jean-Marc Ayrault.

"Tous les efforts seront entrepris, tous les ministres concentrés sur cet objectif principal."

Dans Le Monde, Jean-Marc Ayrault dit sa volonté de construire "un nouveau modèle français" dans un monde en "mutation, où les peuples doivent relever trois grands défis : le défi du développement, le défi écologique, et le défi démographique". (voir ) Priorité affichée par le président de la République lors de ses voeux, la bataille contre le chômage, qui grimpe depuis 19 mois et touche plus de 3,1 millions de Français, est au coeur de cette séquence de rentrée. "M. le Président de la République, vous avez fixé le cap : tout doit être mis en oeuvre pour l'emploi" sont les premiers mots du discours de présentation du programme de travail de Jean-Marc Ayrault, qui prévoit 15 projets de loi pour le premier semestre 2013. (voir )

Bientôt un accord entre les partenaires sociaux ?

Le Premier ministre rappelle l'objectif d'insérer 100.000 jeunes dans l'année dans le cadre des emplois d'avenir et celui des contrats de génération censés permettre 500.000 embauches de jeunes en CDI et autant de seniors maintenus dans l'emploi. Ce dernier dispositif sera discuté dès la rentrée parlementaire de janvier. Le gouvernement espère en outre un accord "ambitieux" sur la sécurisation du travail, qui pourrait intervenir dès la semaine prochaine et sera ensuite traduit dans une loi. "On espère un accord global le plus ambitieux possible et un maximum de signatures", explique-t-on à Matignon, à une semaine de la réunion "extrêmement importante" des 10 et 11 janvier. Pour ce qui est du rétablissement des comptes publics, Jean-Marc Ayrault explique dans son discours que les chiffres définitifs du budget de l'État pour 2012, connus le 15 janvier, "conforteront la crédibilité de notre trajectoire budgétaire". Le gouvernement espère toujours dégager 0,8% de croissance cette année et maintenir les déficits publics sous la barre des 3% du PIB, des objectifs que nombre d'institutions économiques jugent difficiles à tenir.

Horizon 2020 pour la feuille de route

L'année 2013 en France sera aussi celle des réformes de société, du non cumul des mandat au mariage et à l'adoption pour tous les couples en passant par la fin de vie. L'évolution de la protection sociale "en fonction des besoins nouveaux, et en rétablissant sa situation financière" sera assorti de réflexions sur le grand âge et le handicap. Le gouvernement complète cette feuille de route par une réflexion à plus long terme, à l'horizon 2020, sur "l'ensemble des enjeux essentiels pour notre pays : infrastructures numériques, hôpitaux, financement de la transition énergétique et de la rénovation thermique, infrastructures de transport, logement". "Ce programme établira des priorités prenant en compte les capacités de financement publics et privés", a dit Jean-Marc Ayrault dans son discours.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.