L'ancien ennemi public numéro 1, jugé pour quatre attentats qui ont fait 11 morts et quelque 150 blessés en France dans les années 80, nie tout et veut utiliser son procès comme une tribune.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.