Léonide Kameneff, 76 ans, principal accusé de "L'école en bateau"
Léonide Kameneff, 76 ans, principal accusé de "L'école en bateau" © Maxppp / Thomas Padilla

"Je reconnais tout ce qu'il a dit", a lancé Léonide Kameneff, principal accusé dans l'affaire de pédophilie de "l'Ecole en bateau". Après un énième témoignage de victime, l'homme de 76 ans a craqué et reconnu des faits de viol, presque 20 ans après.

C'est un véritable coup de théâtre dans ce procès où personne n'espérait plus entendre d'aveux de la part de Léonide Kameneff, fondateur de "l'Ecole en bateau". Jusqu'ici, il n'avait reconnu que "des caresses à caractère sexuel" et des "masturbations réciproques", bref selon lui "des démonstrations d'affection".

Mais après une semaine de témoignages et de récits déchirants, c'est celui d'un homme de 33 ans, Fabien, l'une des victimes, qui va faire craquer son ancien bourreau. Le récit d'un viol douloureux, entrecoupé de silence, que le principal accusé va écouter prostré.

"Je reconnais tout ce qu'il a dit"

Jusqu'à ce moment où Léonide Kameneff avoue : "J'ai entendu sa déclaration, j'entends une grande souffrance, une culpabilité, j'aimerais le décharger de tout ça. Je reconnais tout ce qu'il a dit."

Des aveux que plus personne n'attendait, Delphine Gotchaux.

Depuis une semaine, les anciens élèves de "l'Ecole en bateau" défilent à la barre de la cour d'assises de Paris. Neuf garçons et filles ayant participé à ce projet éducatif alternatif sur des voiliers-école, dans les années 80 et 90, sont parties civiles dans le procès.

Parmi eux, Fabien, dont le témoignage a finalement fait craquer l'accusé. Écoutez sa réaction.

Toutes les victimes ont porté plainte pour viols et agressions sexuelles contre Léonide Kameneff, l'initiateur du projet et trois anciens membres d'équipage.

Le procès doit se poursuivre jusqu'au 22 mars.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.