Pierre Estoup, 86 ans, l'un des trois juges du tribunal arbitral qui a décidé d'octroyer 403 millions d'euros à Bernard Tapie dans le litige l'opposant au Crédit Lyonnais, a été mis en examen mercredi pour escroquerie en bande organisée.

Incompréhensible !

Bernard Tapie ne comprend pas.

Il y a forcément dans ce dossier des choses que j'ignore pour que les motifs de la mise en examen soient si graves. Escroquerie en bande organisée, cela veut dire que c'est très grave. C'est d'autant plus incompréhensible que mon avocat, Maurice Lantourne, a été entendu ce matin (mercredi) et qu'il est ressorti. Il n'a pas même interdiction de me voir.

Carine Becard a joint Bernard Tapie

Les enquêteurs soupçonnant M. Estoup d'avoir eu des liens professionnels avec Maître Lantourne. Il n'aurait pas mentionné ces relations passées. Les deux hommes avaient été placés en garde à vue. La garde à vue de Me Lantourne s'est terminée dans la nuit de mardi à mercredi n'a pas abouti à une convocation par le juge.

C'est un grand pas dans cette enquête, Beno ît Collombat

Pointé du doigt, Bernard Tapie n'a pas tardé à répliquer contre ceux qu'il considère comme ses adversaires dans ce dossier :

N'ayant pas du tout accès au dossier, cela m'est très difficile de faire un commentaire judicieux. J'espère que ce ne sont pas les intoxications répétées des Bayrou, De Courson, Clay et autres Peyrelevade qui ont convaincu les magistrats de cette décision. Je rappelle que l'arbitrage a été rendu à l'unanimité par les trois juges arbitres.

Pourtant il y a sans doute des indices très précis pour mener à une telle mise en examen.

C'est ce que pense Thomas Clay, professeur de droit et spécialiste de l'arbitrage. Pour lui, Bernard Tapie pourrait bien avoir à rembourser les sommes perçues...

En tout cas l'affaire fait réagir depuis plusieurs semaines déjà, notamment dans le monde politique.

François Bayrou : "La confirmation des soupçons que nous avons pointé depuis longtemps"

__ _Jean Peyrelevade (ancien président du Crédit lyonnais) : "Une formidable manipulation d'information"_
Les acteurs dans l'affaire Tapie/Adidas
Les acteurs dans l'affaire Tapie/Adidas © Radio France
Pour le juriste Thomas Clay, l'ancien patron du Crédit Lyonnais Jean Peyrelevade comme le député centriste Charles de Courson considère qu'à leurs yeux, l'arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie dans la vente d'Adidas était illégal, le président du Modem François Bayrou considérant même cette affaire comme "la plus grave de la Ve République". Bernard Tapie dénonce la "brutalité", les moyens utilisés et évoque une "orchestration médiatique". L'homme d'affaire rappelle qu'il a connu six mises en examen qui se sont terminées par six non-lieus. Il faut souligner que pour le moment, rien n'est reproché à Bernard Tapie. C'est Pierre Estoup l'un des trois juge arbitre de l'affaire qui est soupçonné d'escroquerie en bande organisée.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.