Jonas Gahr Støre comme tous les Norvégiens est encore sous le choc. En revanche, il n'est pas question pour le ministre des Affaires étrangères de remettre en cause les valeurs de liberté et de démocratie propres au mode de vie norvégien.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.