Sa volonté farouche de vivre prévaut. Il veut vivre, bien sûr. Maxime vient d'avoir 19 ans. Maxime était étudiant en première année de médecine quand la science a découvert dans son cerveau une tumeur, en décembre dernier. Opéré, il a subi une radiothérapie et commencera bientôt une chimiothérapie. Il veut devenir kinésithérapeute. Maxime est auditeur de France Inter. La maladie réduit sa vue, alors il tend l'oreille. Il écoute la matinale, il prend du plaisir quand la planète tourne avec Jean-Marc Four et il voyage, la nuit, avec les auditeurs d'Eric Lange. Maxime aime aussi recevoir des disques, pas seulement du rock, du hip hop, mais aussi de la chanson française et même de la musique classique. Car Maxime est curieux. La semaine dernière, à la Maison de la Culture d'Amiens, il a découvert le chorégraphe Jean-Claude Gallotta, avec "Cher Ulysse". Il ne connaissait pas la danse. Il sait maintenant que cet art le touche.Souvent, quand vous vous exprimez à la radio, il arrive que vous jugiez votre activité dérisoire, abstraite. Dérisoire à côté de celle d'un professeur ou d'un médecin, par exemple, deux professions au contact de la réalité. Parler au téléphone avec Maxime, c'est entendre le contraire. La radio est son fil. Et la "prescription" culturelle lui est sinon vitale (pesons les mots), du moins, indispensable. Ouvrir son esprit, découvrir, espérer se rendre en juillet aux Francofolies de la Rochelle, c'est donner un sens à sa vie, à son combat pour la vie. Maxime ignore sans doute que sa guerre est elle aussi prescriptrice d'énergie. Maxime lit les blogs de France Inter, même si sa vue est difficile. Alors, en gros caractères, JE LUI ADRESSE UN SALUT AMICAL, PERSUADé QU'IL SERA LE PLUS FORT.

ulysse
ulysse © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.