La police britannique a évacué lundi les abords du domicile de la famille Hilli, victime en France de la tuerie de Chevaline, après la découverte d'"éléments" suspects.

Un camion de déminage s'est garé devant la maison de Saad al-Hilli, un ingénieur britannique d'origine irakienne retrouvé mort mercredi dernier sur les hauteurs du lac d'Annecy avec sonépouse, sa belle-mère, et un cycliste de passage. Les deux filles du couple ont survécu.

Les policiers britanniques, qui perquisitionnent depuis plusieurs jours dans la maison de Claygate, ont bouclé lundi matin l'accès au village situé au sud-ouest de Londres et commencé à évacuer les voisins.

"La police du Surrey est en mesure de confirmer qu'en raison d'inquiétudes liées à des éléments découverts à l'adresse d'Oaken Lane, Claygate, les agents ont étendu le cordon de sécurité entourant la propriété. Les voisins situés dans le périmètre immédiat sont en cours d'évacuation," a déclaré une porte-parole des forces de l'ordre.

Elle n'a pas précisé ce qui avait alerté les policiers. Les enquêteurs français et britanniques poursuivent leurs investigations, en France et en Grande-Bretagne, avec pour pistes de travail, "sérieuses, intéressantes", la thèse d'un différend familial, un crime lié à la profession du père desfillettes "ou éventuellement ses origines irakiennes", a précisé dimanche le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud.

La fillette de sept ans grièvement blessée lors de la tuerie est sortie du coma artificiel dans lequel elle était maintenue au CHU de Grenoble et sera entendue par les enquêteurs dès queson état le permettra, a-t-il déclaré. La soeur cadette de Zainab al Hilli, Zeena, quatre ans, quia échappé au drame en se cachant sous les jambes de sa mère, a regagné le Royaume-Uni dimanche.

Saad al Hilli était ingénieur à Surrey Satellite Technology (SSTL), une entreprise de satellites basée dans le Surrey. Selon la presse britannique, il travaillait sur un contrat secret en relation avec l'industrie de défense britannique.

La police britannique s'est refusée à tout commentaire sur ces informations, ainsi que sur le passé de Saad al Hilli, qui était, selon certains médias, connus des services de sécurité et sous surveillance.

Au même moment, le procureur d'Annecy a annoncé qu'une seule arme avait été utlisée pendant la tuerie alors qu 25 douilles ont été retrouvées.

Les précisions d'Eric Albert à Claygate

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.