En 2002, avec 5,33% des suffrages, le "Che" avait peut-être empeché Lionel Jospin d'accéder au second tour de scrutin, ce que le PS ne lui a jamais pardonné. Hier soir, le sénateur de Belfort a expliqué les raisons de sa candidature.

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.