Croissance revue à la hausse et chômage en baisse,l’INSEE prédit un scénario encourageant pour l'année 2016. L'institut ne prend toutefois pas en compte l’hypothèse d’un Brexit.

image d’illustration
image d’illustration © Maxppp / Sebastien JARRY

D’après l’INSEE aussi, ça va mieux. L'Institut national de la statistique et des études économiques estime que la croissance française devrait atteindre 1,6% en 2016 après 1,2% l’an dernier. Et même si le produit intérieur brut a été revu à la baisse pour le deuxième trimestre à cause des mouvements sociaux, la reprise économique se poursuit. Les entreprises réinvestissent à nouveau, +4,7% en 2016, un niveau inédit depuis près de 10 ans.

Le chômage devrait baisser cette année

Avec une croissance qui redémarre, le taux de chômage devrait baisser de 0,4% d’après l’INSEE pour atteindre 9,5% de la population active en métropole. Un recul inédit depuis 2007 favorisé notamment par l’accélération des créations d’emplois dans le secteur marchand. Ces entreprises profitent des baisses de charges liées au pacte de responsabilité et au CICE (Crédit d'impôt compétitivité emploi). Au total, l’INSEE table sur la création nette de 209.000 postes cette année.

Consommation des ménages en hausse

Grace aux dépenses en chauffage et aux achats de billets pour l’Euro 2016, la consommation des ménages a rebondi au premier trimestre (+1%). En 2016 elle devrait progresser de 1,6%, soit légèrement plus que l’an dernier. Le pouvoir d’achat lui devrait continuer aussi à augmenter.

Une ombre au tableau ?

Si les prévisions de l’INSEE sont optimistes, elles ne se réalisent pas toujours. L’institut de la statistique ne prend pas en compte une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’union européenne. Un scénario loin d’être invraisemblable et qui serait un « aléa négatif » selon l’institut.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.