Le gouvernement souhaiterait pouvoir réduire ou suspendre les allocations des chômeurs lorsqu'ils refusent deux offres d'emploi jugées raisonnables".

Pôle Emploi
Pôle Emploi © Radio France / .

Le gouvernement va-t-il sérieusement durcir le contrôle des chômeurs ? Dans les discussions qui se sont ouvertes sur la réforme de l'assurance chômage, pour notamment ouvrir les droits aux indépendants ou encore aux démissionnaires, le gouvernement compte bien garder la main sur le sujet sensible du contrôle des chômeurs. 

Or dans son édition d'aujourd'hui mercredi, le Canard Enchaîné s'est procuré une note confidentielle du ministère du travail sur laquelle travaillent ses services. Et du contrôle il va y en avoir !!! Il s'agirait de doubler les sanctions contre les demandeurs d'emploi dont on estime qu'ils ne cherchent pas assez ou ceux qui refusent des formations, mais aussi de leur demander de remplir un rapport d'activité mensuel.

Une coupe dans les allocations 

En clair, il faudra sans doute revoir le barème des sanctions, et c'est le ministère qui fera ses propositions. Le document que s'est procuré le Canard Enchaîné,  parle de sanctions qui deviennent identiques quelque soit le motif. Ainsi en cas de recherche jugée insuffisante ou de refus de formation, ce sera tout de suite la réduction par deux des allocations pour deux mois. C'est aujourd'hui une baisse de 20%. 

Mais ce sera la même sanction en cas de refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables, alors que ça peut conduire actuellement à une suspension directe. Et dans un cas comme dans l'autre, en cas de récidive ce sera la suppression pure et simple pour une durée de deux mois là-aussi. 

Rendre compte des recherches d'emploi

Voilà pour le nouveau barème, mais la nouveauté surtout ce serait cette obligation faite aux demandeurs d'emploi de remplir un rapport d'activité mensuel, listant l'ensemble des démarches effectuées pour trouver un travail. Et comme le souligne le Canard Enchaîné, ça ressemble fort à une proposition du Medef datant d'octobre dernier.

Pour la CGT, Denis Gravouil dénonce la méthode. Une volonté de copier l'Allemagne où les lois Hartz  ont montré leurs limites.  Pour lui, on veut trier les bons et les mauvais chômeurs plutôt que de créer des emplois.

49 sec

Denis Gravouil, CGT

Par Manuel Ruffez
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.